Pour dire non au diktat des salafistes
Sit In des militants des libertés et de la démocratie à Aokas

0

Samedi matin, dès dix heures, les citoyens épris de liberté et militants des droits de l’homme commençaient à affluer à la placette se trouvant face à la poste et à la brigade de gendarmerie d’Aokas, lieu du sit in auquel a appelé le mouvement associatif de la localité rejoint par le mouvement pour l’autonomie de la Kabylie.

Munis de bouteilles d’eau et de sandwichs, ces militants de la démocratie et opposants à l’islamisme, en réaction aux derniers événements qu’a connus la Kabylie notamment la chasse aux jeûneurs menée par les services de sécurité, se sont regroupés en brandissant des banderoles portant des inscriptions telles que « non aux services de sécurité au service de leurs égorgeurs d’hier », « non à la loi islamique » et « non à la chasse aux jeûneurs » entre autres. « C’est une manière de dire au monde entier, non pas seulement aux salafistes, que la Kabylie est ainsi faite. Les islamistes n’ont pas droit de cité chez nous. D’ailleurs même les rares kabyles pratiquants sont tolérants.

Non à l’oppression, oui à la liberté de conscience » dira Mouloud Mebarki, président du conseil national du MAK, qui avait tenu à être présent, en compagnie de son secrétaire général et des cadres du mouvement, à cet important regroupement. Enfin de compte, ce sont tous les citoyens épris de justice et de liberté qui se sont rassemblés ce samedi à Aokas. Par cette action, ils veulent dire non au diktat des salafistes et consorts et non à l’excès de zèle de certains agents de sécurité.

Massidida

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici