L’art de la diversion du régime algérien : Une propagande salafiste contre la Kabylie pour détourner le débat sur l’absence de Bouteflika

2

ALGÉRIE (Tamurt) – Détourner l’attention du citoyen est le seul credo du régime central d’Alger qui, paniqué, use de toutes les astuces et méthodes machiavéliques pour soigner l’image d’un système miné de toute part, par un antagonisme intrépide.

Le président, qui a sombré de nouveau dans une absence prolongée, a mis les décideurs dans la gêne. Ils sont donc contraints de recourir à des méthodes malsaines dont l’objectif est de tenter de domestiquer les citoyens. La non- apparition de Bouteflika à l’écran lors de la soirée du 27ème jour du mois de ramadan est un fardeau de plus à expliquer en cette période d’agitation électorale et de division dans les hautes sphères. Mais, sans complexe et sans scrupule, les services algériens trouvent toujours des subterfuges pour sauver les apparences et dévier la réalité pour dire que «tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes».

Les hostilités lancées par le pouvoir et ses acolytes salafistes à l’endroit de la Kabylie, sont comme une preuve tangible et irréfutable des visées inavouées du régime dont la longévité est conditionnée par l’existence physique d’un président même s’il est hémiplégique. La prière des fanatiques islamistes contre les non-jeûneurs en Kabylie donne du file à retordre au régime qui s’appuie sur la béquille islamiste pour jouer ses dernières cartes. Par là, on veut faire oublier toutes les histoires de corruptions et les scandales successifs qui éclaboussent dans leur majorité des ministres de l’Ouest de l’Algérie.

A bien y réfléchir, on peut indubitablement conclure de manière très claire que les sources de ces scandales de corruption peuvent remonter jusqu’au sommet et atteindre le président et son frère qui seront, peut-on le rêver un jour, entre les mains de la justice si leur clan venait à être éjecté à la tête du régime. La diversion est le moyen pour se prémunir de la contestation populaire et préparer en douceur la succession de Bouteflika. Des pratiques d’un régime mal-en-point.

Farid. D

2 COMMENTAIRES

  1. LES KABILES VOUS ETES TOUJOURS NAIF VOUS DITENT [PROBAGANDE] C’EST LA REALITE L’ETAT A TOUJOUR VOULU ET ESSAYERA TOUJOURS DE DESTABILISER LA KABILIE COMME ELLE A REUSSI DEJA DE DIVISER LE PEUPLE KABILE .NE SOYEZ PAS NAIF MES FRERES .EN TOUT CA MOI JE COMMENCE A ME DOUTER DE TOUS LES PARTIS KABILE QUE C’EST EUX QUI NE VEULENT PAS QUE L’ALGERIE SOIT KABILE .

    TOUS CES PARTIS C’EST DE LA BLAGUE .COMMENT ON A UNE REGION QUI EST TIZI -OUZOU ET BEJAIA DITES MOI COMBIEN DE PARTIS EXISTENT-IL ? SI NOUS LES KABILE NOUS SOMME BIEN ENTRE NOUS NOUS NE DEVRONS PAS AVOIR DES PARTIS POLICS QUI NOUS DIVISE ET POUR CELA NOUS NOUS UNISSERONS JAMAIS .

  2. Que voulez vous faire, la Kabylie n’est plus ce qu’elle était, ces hommes sont devenus nains (comme l’a affirmé Bouteflika face à eux).

    Il est certain que si la Kabylie ne réagit pas avant même les présidentielles, elle risque de mourir à jamais.

    Le Wahabisme est bien là, il se pavane dans ces montagnes, et fait de jour en jour grandir le nombre de fans abrutis, mais à constater qu’aucune réaction n’est remarquée. Le Wahabisme a commencé par l’envoi de plus d’un millions de Corans, sympathiquement acceptés par les autorités des wilayas correspondantes, le pire aucune lecture n’a été faite pour s’assurer que rien n’a été changé dans ces Corans, lorsque on sait que cela fait plus de 20 ans que les Wahabites diffusent et imposent au monde un nouvel Islam, création des services secrets américains.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici