Le mystère reste entier : Pourquoi le terrorisme n’existe qu’en Kabylie ?

6

KABYLIE (Tamurt) – On dit que pour des raisons topographiques, relief accidenté et densité des maquis, les services de sécurité peinent à en finir avec les groupes islamiques armés qui sèment la terreur en Kabylie. L’argument ne tient pas la route. La Kabylie n’est pas la seule région en Algérie qui est caractérisée par un relief montagneux. Médéa, région de Boughar, est également réputée pour la complexité de sa cartographie et est difficilement accessible. Pourtant le terrorisme n’y est que résiduel dans la région, pour ne pas dire entièrement éradiqué.

Même topo dans la région constantinoise et celle de l’oranie. Le terrorisme diminue. Il n’est qu’un mauvais souvenir pour une bonne partie de l’Algérie.

Parallèlement, la horde islamiste se renforce en Kabylie et redouble de férocité d’année en année. La Kabylie, bastion des luttes démocratiques et le fief de la laïcité dans toute l’Afrique du nord, est devenue la plaque tournante de terrorisme ! C’est une réalité. Comment ces terroristes, dont plus de 90% des effectifs sont des étrangers à la région ont pu s’installer et activer dans une région qui n’est pas la leur ? Surtout qu’ils ne bénéficient pas de soutien de la population locale. Cette dernière les combat même. C’est depuis l’arrivée au pouvoir de Bouteflika que la situation a empiré dans la région, bien que le terrorisme ait été implanté dans la région bien avant. Le pouvoir sait bien que l’éveil politique des Kabyles constitue un danger réel pour sa pérennité. Donc une chose est sûre, soit le pouvoir ne veut pas en finir avec le terrorisme dans la région, soit ces groupes armés sont manipulés directement par le DRS. Les deux thèses sont soutenues par la classe politique locale et les observateurs de la situation sécuritaire en Kabylie. Comment expliquer que les actes d’enlèvements, suivi de fortes rançons, ne sont commis qu’en Kabylie ? aucune affaire de kidnapping, sur 75 environs enregistrée à Tizi-Ouzou, n’est élucidée par les services dit pourtant de sécurité.

Aplanir la Kabylie par la terreur est l’ultime solution pour les militaires de normaliser la région et d’en finir avec ces démocrates laïques. L’exemple de la mobilisation du pouvoir des repentis terroristes la semaine passée pour une prière collectives des salafistes, à leur tête Ali Ben hadj, en guise de riposte aux non-jeûneurs, est le plus édifiant de la volonté du pouvoir d’inculquer un islam radical d’essence terroriste en Kabylie et de le substituer au vrai islam, sinon à la tolérance religieuse qui est l’un des pilier fondamental de la société Kabyle.

R.Moussaoui

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici