Depuis le 03 Août dernier : Montée du racisme anti-Kabyle à Alger

48

KABYLIE (Tamurt) – Le rassemblement historique contre l’inquisition organisé le 03 août dernier, en plein ramadhan à la ville de Tizi-Ouzou et à Bougie par la société civile , a provoqué la montée du racisme envers les Kabyles dans bon nombre de villes algériennes, notamment à Alger.

Les Kabyles subissent les pires humiliations et actes de xénophobie. Il est reproché aux Kabyles d’avoir commis un sacrilège et d’avoir souillé la religion musulmane. Les compatriotes Kabyles qui vivent en dehors de la Kabylie sont la cible des extrémistes religieux depuis.

« Un taxieurs a refusé de me déplacer d’El Kouba vers Alger-centre sous le motif que je suis Kabyle et mécréant. Il me l’a lancé à la figure et il a même tenté de m’agresser. Je ne savais pas pour quelle raison il s’est comporté ainsi au début, ce n’est qu’après un ami m’a expliqué que c’est peut-être dû au déjeuner contre l’inquisition organisé à Bougie et à Tizi-Ouzou le 03 aout dernier », nous dira Madjid, un Algérois Kabyle.

« Si vous ne observez pas le carême, je ne vous coiffe pas et je ne veux pas de sionistes dans ma boutique», m’a signifié un coiffeur à El Harrache, nous a déclaré un vieux Kabyle qui est parti le mois de ramadhan dernier passer quelques jours chez son fils à Alger. « Je faisais le carême depuis mon enfance, mais j’ai fait savoir à ce coiffeur indélicat qu’il n’est pas envoyé par Dieu pour me juger et j’ai quitté les lieux », ajouta notre interlocuteur qui dit avoir écourté son séjours à la capitale Algérienne.

Notons que durant mois de carême, un barbus pédophile a été pris en flagrant délit et en plein jour au quartier populaire de Bab El Oued, au cœur d’Alger, et l’affaire est passée presque inaperçue si ce n’est pas quelques journalistes qui ont signalé ce « fait-divers »!

« Des personnes âgées et des femmes en ceintes sont quotidiennement agressées en plein Alger et personne ne bouge le petit doigt, y compris ces barbus qui jouent le rôle de moralisateurs de la société. Si tu voles, tu prends un joint, tu agresses quelqu’un, ce n’est pas grave, mais si tu leur dis que je n’observe pas le jeûne, ils peuvent te tuer », nous fera remarquer un Algérois Kabyle.

Des cas similaires sont enregistrés à travers d’autres villes algériennes. Un travailleur kabyle de Hassi Messaoud, ville dans le sud Algérien, a déclaré à Tamurt que des barbus qui travaillent pour une multinationale ont demandé à leurs responsables de ne plus travailler à côté des Kabyles ni de manger au réfectoire avec eux. « Il est temps pour la Kabylie de dresser ses frontières. C’est la seule solution apparemment », nous dira notre interlocuteur.

Nassim N

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici