Des villageois agressés par les salafistes à Aghrib : L’islamisme radical sème la peur en Kabylie

20

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Les salafistes intégristes sont de retour à Aghrib dans la wilaya de Tiz-Wezzu pour imposer leur loi. Ces barbus qui ne jurent que par la Chariâa arrivent même à agresser des villageois laïcs. Le comité de village d’Aghribs ne veut pas rester insensible devant cet état de fait qui se propage dans tout le village.

« Leurs agressions atteignent, par leur répétition et leur gravité, un niveau critique marqué par des exactions gravissimes sur des villageois. Ces barbus sèment la peur parmi les villageois», dénoncent les membres du comité de village dans une déclaration rendue publique. « Les auteurs de ces agressions sont des membres d’un groupe de salafistes connu par la justice et des services de sécurité, mais il continue ses provocations et ses menaces contre les habitants. Ces islamistes ont le soutien des pouvoirs publics », clament des villageois qui sont allés plus loin dans leurs accusations à l’endroit de ce groupe qui n’est pas à sa première forfaiture dans la région. « Les barbus qui sèment la peur dans le village, ne sont que des agents qui ont la prétention et probablement la mission de soumettre la Kabylie avec la complicité du régime».

Le torchon brûle entre les habitants d’Aghrib et ce groupe de salafistes depuis plusieurs années. La construction d’une mosquée par les barbus au centre du village a créé ce bras de fer étant donnée que le comité du village a exigé la réfection de l’ancienne mosquée ancestrale au lieu d’en bâtir une autre. Mais, contre toute attente, l’Etat a dégagé une enveloppe de 9,3 milliards de centimes pour la réalisation d’un projet de grande mosquée dans cette localité. Le projet disposera, en plus de deux grandes salles de prière, une salle pour les hommes et une autre salle pour les femmes, d’une salle de lecture, de plusieurs salles d’enseignement du coran, d’une grande salle de conférence, d’un logement de fonction et d’un parking. Le tout sera réalisé au chef lieu communal d’Aghribs, appelé Agouni Oucharki, sur une assiette foncière de 8 000 m2 et dans un délai de 24 mois.

Certains habitants de la région voient en ce projet une initiative pour islamiser un peu plus la Kabylie.

Farid D

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici