Mairie d’Ath Bouyoucef : Le FFS dénonce la « gestion stochastique » du RCD

10

KABYLIE (Tamurt) – La guerre des tranchées oppose désormais, les élus du Front des Forces Socialistes (FFS) à ceux du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie dans la municipalité d’Ath Bouyoucef dans la daira de Michelet. Les représentants du FFS à l’assemblée municipale ont fustigé leurs homologues par une déclaration où ils dénoncent une gestion qualifiée de stochastique.

Les contestataires écrivent: « Après avoir demandé au P/APC une copie de la dernière délibération, tenue le 26 juin 2013, cette demande a été rejetée par voie officielle datant du 29 juillet 2013, sous prétexte que la loi ne le permet pas ! Pourtant d’après la loi 11.10 du 22 juin 2011 : toute personne a le droit de consulter les extraits des délibérations des assemblées populaires communales ainsi que les décisions municipales et toute personne ayant intérêt peut en obtenir une copie intégrale ou partielle… », s’indignent les rédacteurs de cette requête qui remontent jusqu’au début de l’actuelle mandature dont la majorité des sièges est revenue au RCD.

« Après dix mois des dernières locales, les mascarades se sont multipliées et une gestion stochastique a régné traduisant l’irresponsabilité de ceux qui ont haussé le slogan (gestion transparente et solidaire) durant la dernière campagne électorale » peut-on lire encore dans la même déclaration. Les membres de l’assemblée municipale d’Ath Bouyoucef d’obédience FFS précisent qu’ils ont précédemment obtenu des copies des délibérations sans le moindre problème. « Nous pensons que ce refus a des raisons beaucoup plus politiques que juridiques. Peut-être en représailles à la dernière déclaration que nous avons faite et à travers laquelle nous avons abordé l’ensemble des dépassements graves commis durant la période précédente et qui sont des preuves formelles d’une gestion hasardeuse », affirment les même élus qui appellent l’ensemble des citoyens et citoyennes et l’ensemble des associations de différentes natures à la mobilisation et à la participation à une gestion efficace. « C’est un droit reconnu par la loi pour mettre fin à l’individualisme dans la gestion, barrer la route aux dictateurs et aux opportunistes et dire non aux mensonges et aux mascarades. Oui pour la transparence et l’intégrité » clament les rédacteurs de la même requête. Les partis se disputent auxquels est confiée la gestion de la Cité alors que les problèmes des citoyens restent leurs derniers soucis.

Farid D

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici