Abandonnés par leur patron : Les employés des journaux de Hichem Aboud en colère

4

ALGÉRIE (Tamurt) – L’ex officier des services secrets algériens Hichem Aboud, responsable de deux quotidiens lancé il ya quelques mois, dans la foulée du blanchiment d’argent de l’agence nationale de publicité, n’a plus donné signe de vie. Ses employés ont beau cherché à comprendre la fuite de leur directeur mais sans parvenir à avoir la moindre explication.

Ils saisissent la presse pour dénoncer l’absence sans préavis de leur responsable. Ayant engagé des dizaines d’employés, entre journalistes et autres salariés de l’entreprise, Hichem Aboud qui avait le soutien indéfectible du colonel Fawzi, un officier du DRS éjecté de son poste, a pris la fuite vers l’étranger non pour fuir les poursuites judiciaires, mais pour ne pas honorer les salaires de ses employés.

Ces derniers ne savent plus à qui s’adresser. Sans paies depuis des mois, ces pauvres travailleurs se demandent pourquoi et comment cet homme a créé deux quotidiens aussi facilement dans une conjoncture où le lancement de journaux n’est pas chose aisée. Désormais, il est dans le collimateur des décideurs qui lui ont coupé la publicité publique.

L’ancien officier du DRS reprend son exil après avoir jeté à la rue des dizaines de pères de familles après une aventure désastreuse. La chute de ses ordonnateurs au pouvoir est pour beaucoup dans cette descente aux enfers. Utilisé comme lèche-bottes d’un clan du régime, cette marionnette anti-kabyle est laissée au milieu de la route après la mise à l’écart de l’officier du DRS qui l’arrosait avec l’argent de la publicité publique.

Aujourd’hui, quel sera l’avenir de ces employés abandonnés à leurs propre sort par Hichem Aboud dans une situation difficile alors que nombre parmi eux sont ceux qui ont quitté leur emploi dans d’autres journaux pour rejoindre les nouveaux titres d’Aboud. Ce dernier qui voulait s’enrichir avec l’argent du pétrole, est né lui aussi, de la mauvaise graine des décideurs algériens.

Les désormais ex employés de Hichem Aboud ont crée un collectif pour faire valoir leurs droits et dénoncer les pratiques de ce directeur irresponsable qui a laissé ses travailleurs dans la rue. Ces employés se voient dépourvus de leurs emplois et de toutes indemnités. Cela à cause de la fuite de Hichem Aboud vers l’étranger au lieu de faire face aux soucis de ses employés. Ces derniers sont en colère et ils disent avoir décidé d’entreprendre des actions de protestations pour arracher leurs droits.

Farid D

4 COMMENTAIRES

  1. Je vous informe que les employés des quotidiens « mon journal » et « djaridati » suspendus injustement le 11.009.2013 ne sont pas e,n colère contre Mr Hichem Aboud et qu’ils le soutiennent fermement. Le problème des salaires de ces employés ne se posent pas non plus.
    Ne prenez pas vos désirs pour de la réalité. Nous sommes unis et solidaires de mr Hichem Aboud qui n’appartient pas à cette catégorie d’opposant au pouvoir qui s’installent à l’étranger pour critiquer le pouvoir.
    Enfin la presse algérienne n’a à aucun moment été saisie par ces « employés en colère ».
    De grâce, cessez vos élucubrations et ayez au moins ce respect du à vos confrères et n’oubliez pas que le journalisme est une fonction noble que vous ne devez pas avilir.
    Confraternellement,
    Rachid Yahou
    Journaliste à « Mon journal »

  2. Cette république bananière ne cesse de fabriquer des monstres spécialistes dans l’altération de tout ce qui est AMAZIGH, l’exemple d’Alger est édifiant: MEZGHENNA au départ, devient eldjazair MEZGHENNA par la suite et pour finalement devenir eldjazair tout court.
    le peuple KABYLE refuse de rester dans le giron de cette espèce nuisible, et refuse par la même de quémander son indépendance à un ramassis de chiens errants (ennemis jurés des KABYLES).
    Votre frère Kabyle.

    • liser l’histoire avant de dire des bêtises!

      connaisser vous icosium et Bouloghine? les dernières recherches archéologiques a la place des martyrs? Alger à toujours était une ville cosmopolite, donc sorter un peu de votre carcan kabyle, le monde change ………….

  3. J’espere que les Kabyles prendront la lecon qu’l faut, que ce sont les entrepreneurs qui creent du travail et de la richesse et non le gouvernement, dont le seul souci est d’imposer une langue sans savoir, et une religion de truanderie.

    La politique importe, car dit-on, avec demonstration, que la chose economique c’est avant-tout politique. c.a.d. les preoccupation des politiciens, qui sont a l’ecoute et qui connaissent ceux qu’ils gouvernent ou pas. Le regime algerien est a l’ecoute des besoins des multi-nationales Petrolieres et l’Anavad celui des Kabyles.

    Les services du regime n’ont rien espionne’ a l’etranger, sauf la vir prive’e des algeriens. Ils n’ont de motivation que leur part de la rente . . . De toute facon, la partie tire a sa fin, il n’y aura plus de petrole bientot ! Ce n’est pas un hasard que ce regime investit dans l’infrastructure ailleurs, mais pas en Kabylie, pour forcer les Kabyles a aller suer pour les autres ailleurs, qu’en Kabylie.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici