Après le départ forcé de l’Imam du village : Le nouvel Imam de Tifelkout n’est pas le bienvenu pour les Salafistes

10

TIZI-OUZOU (Tamurt) – L’affaire du départ de l’imam du village Tifilkout, à Illiten, dans la région de Michelet, est loin de connaître son épilogue. Après le renvoi de l’ancien imam par le comité de village, pour ses campagnes salafistes et subversives, le nouvel imam proposé par la direction des affaires religieuses n’est pas le bienvenu pour une poignée de salafistes. Ils s’opposent bec et ongle contre son installation, selon un habitant de Tifilkout.

Depuis plus de deux mois, la mosquée de ce village niché au pied de la montagne du Djurdjura est restée sans imam. Le poste de prêcheur du vendredi est resté alors vacant. Le litige entre la majorité des villageois et une poignée de salafistes demeure toujours non-résolu. Les deux belligérants campent sur leur position. Le comité de village, soutenu par une majorité écrasante, ne veut plus d’un imam salafistes qui mène des campagnes de radicalisme et qui incite même au Djhad islamqiue et à la violence. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’ils ont renvoyé l’ancien imam.

Après plus d’une semaine de protestation, les villageois ont eu gain de cause et le salafiste a plié bagage suite aux directives de la direction des affaires religieuses de Tizi-Ouzou. L’expulsé de Tifilkout avait décidé de tenir tête aux villageois mais il a pris conscience qu’il ne pouvait plus rester dans ce village qui qui ne veut plus de lui.

D’autres actions similaires sont organisées au niveau de plusieurs autres villages de la Kabylie. Une vague d’imams salafistes ont été mutés dans les villes et villages de cette région qui a de tout temps refusé l’islamisme radical.

Au moins une dizaine d’imams ont été chassés par les villageois, mais combien d’imams salafistes sont toujours en fonction en Kabylie. Des centaines et voir des milliers ! La Kabylie fait face à un complot diabolique initié par le pouvoir dans le seul but et de la mettre à genou et de la déstabiliser. Après l’insécurité et la fuite des investisseurs, c’est au tour des salafistes d’achever leur sale besogne en plongeant la Kabylie dans une spirale de radicalisme salafiste.

Moussaoui R

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici