Pris en flagrant délit de corruption : Le commissaire de Draâ El Mizan écroué !

7

KABYLIE (Tamurt) – La corruption gangrène tous les secteurs et les institutions en Algérie. Les services de sécurité sont les plus impliqués dans ces affaires. Un haut officier de police, commissaire principal de la ville de Draa El Mizan, a été arrêté et placé sous mandat de dépôt par le procureur de la république pour corruption.

Il a été pris en flagrant délit, c’est-à-dire il a été pris la main dans le sac au moment même où il touchait une somme d’argent de la part d’un citoyen qui avait commis une grave infraction de conduite et qui risquait une peine d’emprisonnement. C’est dans un café que le commissaire a été appréhendé.

Ce genre de corruption est monnaie courante et est pratiqué par l’ensemble des gardes de la police et de la gendarmerie. Les procureurs également. Des criminels condamnés définitivement par la justice parfois à perpétuité sont libérés par les procureurs au bout de quelques mois seulement d’incarcération. Il suffit de falsifier un document qui atteste que le condamné ne jouit pas de toutes ses facultés mentales et verser de fortes sommes d’argent et le tour est joué.

Pour rappel, la semaine passée c’est chef de daïra de Larvaâ Nath Irathen qui a été arrêté avec trois autres employés pour falsification et trafic de passeports et de cartes grises. A travers l’arrestation de ces deux hauts représentants du pouvoir en Kabylie, les décideurs veulent offrir l’image d’un pouvoir qui lutte contre la corruption, mais ce n’est qu’une mise en scène. Aucun procureur, aucun juge ni général ou commandant de l’armée n’est inquiété.

Nassim N

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici