Une bonne nouvelle : – Herman Wallace est enfin libre !

1

C’est avec des larmes de joie aux yeux que je vous donne cette information que j’ai eu ce matin, très tôt, à 7h32. « Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour vous faire partager une bonne nouvelle qui a son importance dans une lutte pour plus de justice et d’humanité. Herman Wallace est aujourd’hui libre !

Le 1er octobre, un juge a cassé la condamnation d’Herman Wallace pour violation de ses droits constitutionnels et ordonné sa libération immédiate. Herman Wallace a été submergé de joie en apprenant la nouvelle après plus de 41 années emprisonné à l’isolement, dans une cellule de deux mètres sur trois.
C’est donc une immense victoire, pour lui, pour les « Trois d’Angola », mais aussi pour vous, qui avez été plus de 110 000 à travers le monde à vous mobiliser ces dernières semaines. Un grand merci pour votre soutien !

Cette nouvelle ne pourra nous faire oublier les années de traitement inhumain et le déni de justice qu’il a subis pendant des décennies, mais Herman, atteint d’un cancer du foie avec plus que quelques semaines à vivre, peut aujourd’hui passer ses derniers moments entouré de ses proches, librement et dignement. Encore merci.

Voici les mots qu’Herman nous écrivait, juste avant sa libération :

« L’État a peut-être bien volé ma vie, mais mon esprit poursuivra le combat auprès d’Albert [Woodfox] et des nombreux camarades qui nous ont rejoints au fil du temps ici, au fond du gouffre. En 1970, j’ai fait le serment de consacrer ma vie à servir le peuple, et même si je suis à terre, je reste à votre service. Je veux tous vous remercier, vous, mes soutiens dévoués, pour m’avoir accompagné jusqu’à la fin ».

Pour les « Trois d’Angola », Herman, Albert, et Robert, mais aussi pour les quelques 80 000 prisonniers actuellement à l’isolement aux États-Unis, nous continuerons le combat pour que l’injustice qui leur est faite soit enfin reconnue. Stephan Oberreit, Directeur général d’Amnesty International France ».

Cela me rappelle l’annonce de ma libération, le 5 juillet 1987 : un détenu travaillant au greffe du pénitencier de Berrouaghia, bravant les gardiens, avant même l’ouverture des portes après l’appel, vint me l’annoncer à mon oreille, à l’infirmerie de cette horrible prison. Et ce, avant que le Directeur vienne me l’annoncer lui-même, officiellement.

Je rejoins le Directeur général d’Amnesty International France, et vous remercie aussi, vous l’équipe de votre Quotidien ou votre site Internet pour avoir publié mon appel à contribution en faveur d’Herman Wallace, ainsi que les internautes, lecteurs et lectrices qui auraient lus et signaient la pétition, via le site d’Amnesty. Voilà une belle et grande victoire dans une lutte pour plus de justice et d’humanité dans ce Monde.

Un combat qu’il faut continuer. Et sans cesse et en faveur de tous les prisonniers de notre Pays, l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie, de la Libye, de toute l’Amazighie, l’Afrique du nord, de toute l’Afrique, du Monde entier, victimes de tortures et d’injustices. Mobilisons-nous !

Une simple signature pourrait sauver une vie, comme ce fut mon cas et de mes compagnons de combat et ce, grâce à Amnesty International et d’autres Ong de défense des Droits de l’Homme. Comme c’est le cas, aujourd’hui, d’Herman Wallace, âgé de 71 ans, détenu aux Usa, qui vient d’être libéré après 41 ans de calvaire !

Merci encore, de ma part, à vous tous et toutes.

Smaïl Medjeber

1 COMMENTAIRE

  1. En tant que détenu politique, Smaïl MEDJEBER devrait ramener sa caution a soutenir le peuple kabyle a s’autodéterminer au lieu de se perdre dans les forfaitures des autres.
    N.B: J’ai trasmis vos salutations a un de vos collègues (C.A) à un de vos fréres de combat de la colline oubliée.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici