L’initiative permettra de continuer le combat de ce militant Kabyle intègre – Projet de création de la fondation Mustapha Bacha

2

L’idée de création d’une fondation qui porte le nom du militant de la cause amazighe Mustapha Bacha, a vite germé en Kabylie où les membres de la famille et les amis du défunt se mobilisent pour concrétiser ce projet. En effet, une réunion pour donner une naissance juridique à cette fondation est prévue pour aujourd’hui, à Tizi Wezzu où se tiendra l’assemblée générale élective de cette structure.

«La réunion aura lieu à la maison de la culture Mouloud Ath Maâmmar», nous ont dit les initiateurs de la mise sur pied de cette fondation. Mustapha est un grand militant de la démocratie et parmi les animateurs potentiels de la revendication identitaire. Il est parti, terrassé par une crise cardiaque au moment où il voyait que le projet démocratique venu après le sacrifice des hommes intègres et sincères, allait partir sous la pression de l’islamisme intégriste.

«La création d’une fondation au nom de Mustapha Bacha est une aubaine pour lutter contre l’oubli et l’amnésie», estiment les initiateurs de cette idée. Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) n’a jamais oublié cet homme comme lors du 19ème anniversaire de sa disparition où le président du MAK a rendu un vibrant Hommage à ce militant intègre et incorruptible, natif de Tassaft Ouguemmoun (Ath Yanni), décédé le 08 août 1994.

« Du MCB au RCD, deux organisations dont il a été l’un des membres fondateurs, en passant par le GCR et le mouvement syndical qu’il a marqué de son empreinte en créant le premier syndicat autonome, Mustapha a été l’homme de tous les combats justes et nobles. La Kabylie est fière d’avoir enfanté ce grand bâtisseur qui avait, comme tous ses compagnons kabyles de lutte, cru et œuvré pour une Algérie plurielle et démocratique, réconciliée avec son amazighité », a témoigné le président du MAK.

Il était un organisateur hors pair, modeste et respectueux du militant de base, clairvoyant, avant-gardiste, il a été pour nous et restera sûrement pour les futures générations un exemple », avait déclaré Bouaziz Ait Chebib qui s’est interrogé sur la raison pour laquelle aucune institution publique n’est baptisée au nom de Mustapha Bacha. Pour lui, « cet état de fait est un crime contre la mémoire collective du peuple kabyle ».

Kamel S.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici