Suite aux révélations du journal Tamurt.info : Le directeur de rédaction de la Dépêche de Kabylie licencié pour harcèlements sexuels

15
Dépêche de Kabylie
Dépêche de Kabylie

KABYLIE (Tamurt) – Djafar Chilab n’est plus directeur de la rédaction du quotidien régional, La Dépêche de Kabylie. Il a été licencié de son poste ce matin pour harcèlements sexuels contre des employées du même quotidien, selon source confirmée par la direction du journal. Le scandale a été révélé par notre journal Tamurt.info dans son édition du 14 mai 2013, dans un article titré «Chantages sexuels pour les recrutements à la Dépêche de Kabylie».

Trois victimes se sont rapprochées de notre rédaction pour dénoncer les agissements de ce responsable. Des preuves irréfutables ont été mises à notre disposition par une des victimes. Des enregistrements téléphoniques des appels de ce directeur de la publication nous ont été remis. Nous avons choisi de ne pas mettre en ligne les conversations qu’en cas de nécessité par respect aux victimes qui ont exigé l’anonymat.

Les enregistrements ont confirmés les accusations des trois victimes. Djafar Chilab usait de chantages sexuels en contrepartie de recrutement des jeunes filles journalistes. « Il m’appelle souvent la nuit en usant d’un langage vulgaire comme un animal, ce responsable est un diable. Il est capable du pire et agit sans aucune honte ni scrupule et il va le payer tôt au tard », avait déclarait une ancienne journaliste de la Dépêche à Tamurt-Info le mois de mai dernier. Depuis, d’autres victimes se sont manifestées.

Trois journalistes qui exercent actuellement pour la Dépêche ont subi depuis le mois de mai dernier des harcèlements et des intimidations de leur responsable qui exerce au bureau régional de Tizi-Ouzou. C’est suite à leur décision courageuse de porter l’affaire devant les tribunaux, et l’assurance du journal Tamurt.info de leur apporter son soutien, que le patron du journal, l’actuellement ministre, Amara Benyouès, a pris la décision de mettre à la porte son directeur de la rédaction. Amara Benyounès ne veut pas faire trop de vague avec ce scandale.

Nassim N

15 COMMENTAIRES

  1. mettre la photo d’un mec qui a la » braguette facile » avec en arrière plan le portrait du rebelle c’est commettre un sacrilège ……un peu de respect pour matoub et merci.

  2. Les benyounes se rendent seulement compte que l’ex directeur de rédaction du journal est un pervers? maintenant que toutes les plumes ayant fait la gloire de ce journal ont déserté peu de chance pour la depeche de remonter la pente, une mauvaise réputation se garde à vie

  3. Pour corriger certains propos, il y a lieu de dire qu’ Amara Benyounes n’est pas propriétaire du journal « La depêche de Kabylie ». Ce dernier appartient en réalité a son frére ainé et sénateur du 1/3présidentiel Mohand Akli Benyounes.

    • Bonne nouvelle pour les enfants digne de la kabylie’ ce journal voulait salir l’immage de la kabylie notament le parti du rcd honneur a vous monsieur ait hamouda nordine et vive matoub.

  4. Voilà une bonne nouvelle, mais malheureusement dans notre pays ce genre de comportement est très répondu dans la gestion des recrutements et même pour avoir des postes supérieurs et le favoritisme dans les entreprises et les administrations. Malheureusement aussi que des filles, des employées se laissent faire et ne dénoncent pas ces harcèlements, il y auna même celles qui acceptent ça avec leurs plein gré et qui encouragent ce genre de personnes. Espérant que ce geste plein de courage de ces trois victimes aide les autres filles à dénoncer leurs bourreaux.

  5. c’est une pratique tres repandue et au grand jour surtout dans les entreprises et institutions publiques car tres recherchées

  6. Mais que voulez-vous qu’il en sorte de La Dépêche de Kabylie – journal pompeusement qualifié “Des Hommes Libres”, créé spécialement pour contenir le RCD suivant les propres aveux de son patron Benyounès et financé entièrement par le trésor public.

    En retour, il est un suppôt indéfectible de Bouteflika, de Toumi et de Ould-Ali.
    Bien de ses annonces ont écœuré toute la Kabylie comme ce vœu de voir Bouteflika rempiler pour un 4ème mandat avant même que lui-même ou sa famille proche n’en font l’annonce.

  7. ce djafar chilab et rechercher je vous promis mes frère on vas le brules vif lui et le bureaux de la debeauche de kabylie au armes mes frere au armes je vous promis que je vais explosè le bureaux

  8. Azul
    Amara Ben Younes , qui a échappé d’écopé de la prison à cause de ses détournements d’argents et ses chipas lorsqu’il était ministre des travaux publiques ( anidaten yadrimen ubaghli a mis n tarbaât n dabza) et cela grâce à Nourdine Ait Hamuda , membre du conseil national du RCD .
    Dana quelle catégorie peut-on classé Amara Ben Younes par rapport à la dignité algérienne.

    Skud mazal tarwa n lehlal , yella usirem. Ghurwat a yatmaten qaren-as s taqbaylit : lahla a seksu n yirden mi tfured a d yanerni, lahram am gajdi n wasif mi trafdedh a d akyaghli.

    Pour l’officialisation de la langue Amazighe dans la constitution algérienne sinon ca sera la désobéissance civile à l’instar de nos frères Inafusen de la Libye.

  9. Ici chez nous à Nürnberg on dit: le mensonge a toujours eu de courtes jambes aggma Nassim.un Ice-berg fini generalement par s’ecrouler tout seul. thanemirth.

  10. Et pour cause !

    Amara Benyounès en a déjà suffisamment à gérer ses propres frasques et celle de son frère pour s’encombrer de celle de son directeur de la publication.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici