Selon une étude réalisée par un professeur en psychiatrie : Plus de 50% des personnes qui se suicident en Kabylie sont des chômeurs

7

SOCIÉTÉ (Tamurt) – Le phénomène de suicide relance toujours le débat sur ce geste abominable qui frappe de plein fouet notamment la jeunesse en Kabylie. Un fait qui inquiète même les spécialistes. Ces derniers ont souvent essayé de plancher sur les raisons du suicide mais sans arriver à donner plus de détails sur ce drame que connaît en silence l’Algérie en général et la Kabylie en particulier.

Le professeur Ziri, directeur général du centre hospitalo-universitaire Nedir Mohammed de Tizi-Wezzu a réalisé un important travail de recherche sur le suicide dans la wilaya de Tizi-Wezzu qui s’est étalé de 2007 à 2008 . « Les tentatives de suicide sont très importantes avec 400 cas dont 201 en 2007 alors que durant la même période il a été enregistré 132 cas de suicides dont 78 toujours durant l’année 2007. Le taux d’incidence est de 15,5 pour 100.000 habitants pour les tentatives de suicide alors qu’il est de 6 pour 100.000 habitants pour les suicides. Toutefois ces taux varient selon l’âge, le sexe et la commune. Ainsi on observe le plus grand nombre de tentatives de suicide dans la tranche d’âge se situant entre 20 et 29 ans. La majorité des suicidés a entre 40 et 49 ans alors que celle dépassant les 60 ans est la moins encline à ce geste fatal », a indiqué ce professeur très connu pour son dévouement pour la recherche scientifique.

L’étude du professeur Ziri est un support pour beaucoup d’étudiants en psychologie et en psychiatrie qui traitent dans leurs mémoires de fin de cycle le phénomène de suicide. Le plus jeune sujet à avoir mis fin à ses jours avait 10 ans, selon le travail du directeur général du CHU Nedir Mohammed. Autre détail de cette étude : ce sont les femmes qui ont effectué le plus de tentatives de suicide avec une incidence de 38,6 pour 100.000 habitants contre 22,7 pour les hommes. « Ce chiffre s’inverse quand il s’agit des suicides. 13,4 pour 100 000 habitants. Pour les hommes contre 2 pour les femmes.».

Les chômeurs qui sont les «candidats» les plus prompts dans les deux sexes au suicide avec 50,4% des cas. Parmi ce chiffre 61% sont des femmes. Le domicile est le lieu où l’on se suicide le plus en Kabylie avec trois quart des suicidés et des tentatives de suicide, selon le même spécialiste. La vie sociale qui est très pénible en Kabylie comme le chômage et la crise de logement, est la cause principale du suicide.

Kamel S

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici