Ils espèrent rejoindre la France ou l’Angleterre : 5.000 Algériens croupissent dans les prisons grecques

10

MONDE (Tamurt) – Des milliers d’Algériens, dont une bonne partie de Kabyles, souffrent dans les prisons et centres de rétention à Athènes, capitale de la Grèce. Ce sont des jeunes candidats à l’émigration clandestine pour la France, ou pour l’Angleterre.

Ils sont au moins 5.000 jeunes livrés à eux même dans les cellules de plusieurs maisons d’arrêt grecques. Certains sont condamnés à plusieurs mois de prison pour délit d’émigration clandestine. Une fois libérés, après avoir purgé des peines allant de 6 à 12 mois, aucune assistance n’est portée à ces jeunes pour retourner dans leurs pays d’origine. Selon des jeunes qui ont vécu cette mésaventure, l’Etat Algérien et les représentants diplomatiques dans ce pays qui sont habilités à prendre en charge ces ressortissants en détresse, leur a tourné le dos.

« Le consul algérien à Athènes est injoignable. Personne n’a pu prendre attache avec lui. C’est vraiment honteux pour eux », nous déclaré Nadir, un jeune de Michelet qui a vécu 13 mois en Grèce, sans jamais pouvoir réussir à rejoindre ses frères à Paris.

« J’ai vécu les pires moments de ma vie. J’ai regagné la Grève via Istanbul (en Turquie) mais je n’ai pas pu aller plus loin. Mes amis, avec de faux passeports achetés auprès des Albanais ont pu rejoindre les capitales allemande et belge », raconta le malheureux Nadir, qui a obtenu son diplôme universitaire dans le domaine de l’architecture depuis 2005, mais n’a jamais décroché un emploi dans son pays.

« Je regrette que plus de 5.000 ressortissants algériens, selon la presse grecques soient laissés pour compte par l’Etat Algérien. Ce qui nous fait mal, c’est que les représentants des autorités algériennes au niveau de ce pays portent assistance aux Palestiniens qui les sollicitent mais jamais aux Algériens. Pour l’anecdote, un jeune Algérois a réussi à décrocher l’asile politique en Autriche sous une fausse identité palestinienne, grâce à l’appui de diplomates algériens dans ce pays et en Grèce. C’est un scandale qu’il ne faut pas taire », dénonça nadir.

Notre témoin atteste que d’autres jeunes, dont le nombre est ignoré, sont dans des situations catastrophiques en Grèce. « La plupart ont des Sans-Domicile-Fixe. Ce pays, en proie à une crise économique aiguë ne peut pas prendre en charge des milliers de clandestins venus de plusieurs pays asiatiques et africains.

Le racisme a pris des proportions alarmantes. Les jeunes algériens sont exploités sur des chantiers. Ils travaillent plus de 10 heures par jour pour une dizaine d’euros. La situation que les Algériens en général et les Kabyles en particulier sont en train de vivre est plus qu’alarmante dans ce pays européen sans que personne ne se soucie d’eux », ajouta Nadir.

Farid M

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici