Après avoir marché à Tuβiret et à Boumerdès – Les anciens rappelés du service national marchent ce matin à Tizi-Ouzou

1

Plusieurs centaines d’anciens rappelés du service national sont sortis ce matin dans la rue à Tizi-Ouzou. Ils ont d’abord tenu un rassemblement à la placette de l’Olivier. Une prise de parole des initiateurs de ce mouvement et des délégués venus de plusieurs régions d’Algérie a eu également lieu.

Les anciens rappelés ne veulent pas baisser les bras. Ils comptent mener leur combat avec la même détermination lorsqu’ils ont été appelés par l’armée à défendre la population face aux groupes armés. Par la suite, les anciens rappelés qui étaient présents à la capitale du Djurdjura ont sillonné l’artère principale de la ville, en brandissant des banderoles qui dénoncent la défaillance voire la trahison d l’Etat. La pluie et le froid glacial qui sévit ce matin n’a pas empêché les protestataires de mener leur action.

C’est la troisième fois en l’espace d’une semaine que ces protestataires, qui ont entamé leur combat depuis trois ans, manifestent. Ils ont d’abord marché à Tuβiret au début de la semaine, avant-hier à Boumedès et aujourd’hui à la ville de Tizi-Ouzou. Les villes de la Kabylie sont le bastion de la protestation. Normal, lorsqu’on sait qu’entre 1994 et 1998, sur les 250 000 jeunes rappelés par les autorités militaires plus de 200 000 étaient Kabyles. Les anciens rappelés réclament un statut, des emplois, des logements, le droit aux soins au niveau des structures hospitalières militaires, etc.

En 1999, jute après son arrivée, Bouteflika a tourné le dos aux jeunes rappelés qu’il a complètement ignoré et a ouvert les bras aux terroristes qui sont considérés comme des « héros ». Les terroristes bénéficient des privilèges au même titre que les anciens combattants de la guerre de libération nationale de 1954 et 1962.

Farid M.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici