La Kabylie et le gaz de ville – Gaz naturel dans la wilaya de Tizi-Ouzou

1

S’il y a une source source d’alimentation en énergie que les citoyens de Tizi-Ouzou attendent depuis longtemps, c’est bien l’alimentation des foyers en Gaz naturel.

L’objectif tracé initialement, à savoir du Gaz naturel pour les 1500 villages que compte la wilaya de Tizi-Ouzou d’ici la fin de l’année 2014 a été réitéré aujourd’hui par le wali à l’occasion de la rencontre organisée au siège de la wilaya entre les représentants des entreprises engagée pour la réalisation des travaux de la pose des conduites de Gaz et les responsables des services déconcentrés de la wilaya concernés, en l’occurrence la direction des mines et de l’industrie et la SONELGAZ.

Ce sont messieurs Salah Bara et Khelifa Bendjaffar, respectivement directeur de la SONELGAZ et directeur des mines et de l’industrie de la wilaya qui ont dirigé les travaux. Pour sa part, Khelifa Bendjaffar mettra l’accent sur la nécessité pour chaque entreprise de fournir plus d’efforts dès que « le développement de la wilaya dépend fondamentalement des entreprises locales ».

Le premier responsable de la DMI informera l’assistance que les entreprises concernées sont classifiées par catégories allant de A à C. « Notre souhait, dit-il, est de voir toutes les entreprises accéder à la catégorie A d’où, dois-je rappeler la nécessité de faire des efforts dans la performance ». Quant à Salah Bara, il interpellera chaque représentant d’entreprise pour faire l e point de la situation des travaux sur lesquels des engagements ont été pris.

A l’issue des comptes rendus des uns et des autres, il est apparu certaines dures réalités du terrain. Les problèmes signalés sont divers mais presque tous sont épineux. En effet, dans certains cas, le problème crucial rencontré a trait à l’opposition des citoyens quant au passage de la conduite de Gaz sur leurs terrains. « Dans certains cas, signale un représentant d’entreprise, nous essuyons de dures agressions verbales, voire physiques. Dans d’autres cas, ce sont des élus locaux qui, pour des considérations politiques ou politiciennes, nous freinent dans l’avancement de nos travaux ». « Or, ajoute cet intervenant, nous ne sommes pas là pour gérer les humeurs politiques de celui-ci ou de celui-là ! ».

Pour certaines entreprises, le problème réside dans la non perception des créances. Et faute de perception de chèque pour les travaux déjà réalisés, il est difficile de continuer de financer les travaux qui restent à réaliser car la caisse de l’entreprise est vide. A propos de ce volet financier, chaque représentant de l’entreprise a reconnu ne pas ignorer que le problème s’est posé à l’échelle nationale. Il n’en demeure pas cependant que le DMI et le premier responsable de la SONELGAZ ont rassuré leurs interlocuteurs que la problématique financière ne tardera pas à être réglée puisque il y a engagement dans ce sens au niveau de l’Etat.

Par ailleurs, le wali a emboîté le pas à ses subalternes dans l’incitation aux représentants d’entreprise à manifester beaucoup de persévérance dans le travail. « Une entreprise performante, déclare Abdelkader Bouaghzi, est bien pour nous, pour le développement de la wilaya et pour l’avenir professionnel de l’entreprise en question ». Poursuivant sa lancée, le premier commis de l’Etat de la wilaya de Tizi-Ouzou a déclaré qu’il est impératif d’assurer 37.000 nouveaux branchements d’ici juin 2014, chiffre qui permette de considérer dès lors un taux de raccordement global de 64%.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici