Affaire de l’assassinat de Mebrek Amirouche : Un coup de la gendarmerie ?

29
AMIROUCHE MEBREK
AMIROUCHE MEBREK

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La population d’Ath Douala et d’Ath Zmenzer, région du jeune Mebrek Amirouche enlevé et exécuté la semaine dernière par un groupe d’individus armés, près de Tizi-Ouzou, pointe son doigt accusateur vers les gendarmes dans cette affaire.

Plusieurs zones d’ombre persistent et ne sont pas clarifiées pour le moment. Une ambigüité qui a suscité un doute de l’implication des gendarmes dans ce crime. Un doute qui se confirme de jour en jour.

Tout le monde sait que les habitants d’Ath Zmenzer était, dans un passé récent, contre l’installation d’une brigade de gendarmerie au niveau de leur localité. Les élus locaux ont même saisi officiellement le wali à ce sujet et ont souhaité de ne pas ouvrir une brigade au niveau d’Ath Zmenzer.

L’affaire de l’assassinat d’Amirouche n’est-elle pas une façon de manipuler la population locale et de faire changer les habitants d’avis vis-à-vis de leur refus des hommes en tenues vertes, synonyme de terreur en Kabylie ? Tout porte à le croire.

Le fait que les gendarmes reconnaissent qu’ils ont identifiés les auteurs du crime et ont été localisés, mais n’ont rien fait pour sauver la victime laisse plané le doute. « Ce n’est pas normal qu’un groupe armé enlève un simple citoyen pour demander une forte rançon, puis l’exécuter pour des raisons que l’on ignore. L’odeur de la manipulation est très forte. Les services de sécurité veulent pousser les villageois à réclamer eux même les gendarmes. C’est leur stratégie », laisse entendre un jeune d’Oumaden, village d’Amirouche Mebrek.

Un avis partagé par de nombreux habitants de la région.

L’annonce du colonel de la gendarmerie à Tizi-Ouzou de doter toutes les 67 communes de Tizi-Ouzou en brigades de gendarmerie, pendant même la séquestration du jeune Amirouche Mebrek, confirme aussi le plan des services de sécurité.

A Ath Zmenzer, la non-assistance de la gendarmerie aux villageois ne fait qu’amplifier leur haine envers ce corps qui voue une haine sans égale aux Kabyles et ce n’est guère la peine de rappeler le nombre de crimes commis par ce corps contre la population civile dans la région. Les gendarmes ont tué plus de civils que de terroristes en Kabylie !

Saïd F

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici