L’Observatoire des Droits de l’Homme dénonce les kidnappings et les assassinats à Tizi-Ouzou

6

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Le climat d’insécurité qui règne à Tizi-Ouzou inquiète les militants de l’Observatoire des Droits de l’Homme, L’ODH, au niveau local. Dans une déclaration rendue publique, la ligue regrette que des civils fassent face presque au quotidien à des assassinats et enlèvements et sans aucune défense.

« L’ODH a appris avec consternation et surtout avec colère qu’un jeune âgé de 22 ans, K. Hocine, a été enlevé par un groupe armé, dimanche 9 février, dans la commune de Maâtkas à 20 km du chef-lieu. La wilaya de Tizi-Ouzou enregistre son 77ème kidnapping. Si Hocine a été libéré hier par ses ravisseurs, ce dont nous nous félicitons, ce n’était pas malheureusement le cas de Amirouche Mebarek, un commerçant de 38 ans d’Ath Zmenzer, retrouvé mort le mercredi 29 janvier, 6 jours après son enlèvement. Il en est de même hélas avec Z. L., un taxieur retrouvé assassiné à Boghni mardi 4 février 2014. C’est un père de famille qui vient s’ajouter aux nombreuses victimes d’agressions et d’attaques à main armée dans la région », lit-on sur le communiqué.

Les rédacteurs de la déclaration rappellent que « la sécurité est un droit élémentaire du citoyen, consacré par les textes internationaux ratifiés par l’Algérie. Garantir la sécurité des citoyens et de leurs biens est le devoir de l’Etat, comme le stipule l’article 24 de la constitution algérienne et L’Etat est responsable de la sécurité des personnes et des biens. Il assure la protection de tout citoyen à l’étranger ».

L’Etat algérien est montré d’un doigt accusateur pour être le premier responsable de ce qui se passe dans la région et il est accusé de ne pas porter assistance à la population civile qui fait face aux exactions des groupes armés et au banditisme.

« Avec ce 77ème enlèvement, il apparait que l’Etat algérien a failli dans la protection de ses citoyens, engendrant un climat d’insécurité qui ne peut rester sans conséquences. Inquiet de cette situation, l’ODH Tizi-Ouzou dénonce avec vigueur le mutisme et le laxisme des autorités tout en les appelant à assumer leurs responsabilités : Garantir la protection des citoyens et mettre un terme aux enlèvements et à l’insécurité », lit-on encore sur la longue déclaration.

Saïd F

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici