Le mouvement anti Bouteflika écrit au conseil constitutionnel

2

ALGÉRIE (Tamurt) – Le mouvement « Barakat » (ça suffit) ne compte pas rester les bras croisés et prévoient d’intensifier ses actions et les initiatives en vue de mobiliser la société civile et même les institutions étatiques dans l’espoir de voir le tyran d’El Mouradia déboulonné de son siège de la présidence à vie. Une lettre a été envoyée par les initiateurs de ce mouvement d’opposition au président de conseil constitutionnel.

« Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel. En votre qualité de Président du Conseil constitutionnel, une institution habilitée à examiner les dossiers de candidature à l’élection présidentielle, et à décider de leur recevabilité. Vu les dispositions de la Constitution et des articles de loi relatifs aux conditions d’éligibilité des candidats, et compte-tenu de l’état de santé du président sortant, et sa totale incapacité à assumer ses charges constitutionnelles, et après avoir pris acte du dépôt de dossier de candidature de monsieur Abdelaziz Bouteflika pour un 4ème mandat, nous interpellons votre conscience et votre sens du devoir en mesurant l’importance de la mission qui est la vôtre, vous qui êtes à la tête de la plus haute autorité juridique du pays, pour exhorter votre Honneur à statuer sur le cas de Monsieur Abdelaziz Bouteflika conformément à ce que dicte la loi, avec toute la rigueur et toute l’intégrité que requiert votre fonction », notent les rédacteurs de la missive.

« Monsieur le président du conseil constitutionnel, le mouvement Barakat, vous fait porter une responsabilité historique quant au verdict que va émettre votre honorable institution dans ce dossier. Vous en êtes comptable devant Dieu et devant le peuple. », avertissent les opposants au quatrième mandat de Bouteflika. Leur cri sera-t-il entendu ?

Karima Oufli

2 COMMENTAIRES

  1. Les animateurs de (BARAKAT ) ont essayé de déposer une requête contre le 4ème mandat auprès du conseil constitutionnel sachant que c’est ce dernier lui même qui avait entériné et avalisé en 2008 la nouvelle constitution révisée par boutef et pour boutef et dont un parlement fantoche avait voté son amendement au détriment d’un peuple qui était resté passif et n’avait pas réagi à ce moment là !

    Comment demander aujourd’hui à son bourreau de rendre obsolète ses instruments de torture « Tripalium » qu’attendre de lui sinon une mise à mort par décapitation !!!! Expliquez-moi svp cette INEPTIE !!

  2. azoul vous me faite rire la lettre ses quoi. vous attendez quoi quil vous gete un os ou quoi. ses claire est nette le regime ne veut pas partire.il ya boucoup dargents a derobee dormez dormez .

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici