Journée internationale de la femme : Les femmes de Tizi-Ouzou au rendez-vous

7
Journée internationale des femmes
Journée internationale des femmes

SOCIÉTÉ (Tamurt) – Les femmes de Tizi-Ouzou ont été au rendez-vous de la journée internationale de la femme. Même si la journée a coïncidé avec le week-end, tous les espaces de la capitale du Djurdjura, pour ne parler que de cette ville, ont été grandement et superbement « envahis » par la gente féminine. Il va sans dire aussi que la femme tizi-ouzienne a marqué de son empreinte la manifestation scientifique et culturelle en rapport avec cette journée que le monde doit aux femmes américaines de cette difficile époque du début de la seconde moitié du 19ème siècle.

En effet, sur initiative et sous la houlette de l’association des femmes des Moudjahidine de la wilaya de Tizi-Ouzou (AFMWTO) que préside Mme Tassadit Dris, l’espace de la Mouhafadha de Tizi-Ouzou a connu aujourd’hui une manifestation féminine hors du contexte habituel.

Ce rendez-vous féminin, lequel a été honoré par la présence de plusieurs dizaines de femmes de tous les âges et de toutes les catégories sociales et professionnelles, a été exprimé par une multitude d’activités. L’ouverture de la manifestation a été traduite par l’hymne national et par l’observation d’une minute de silence à la mémoire des Martyrs. La troisième étape a été traduite par la récitation d’anciennes et épithalames lesquels étaient chantés par des femmes Moudjahidate.

Ces mêmes femmes Moudjahidate ont fait une exposition de photos témoignant des scènes de guerre et des héros de la guerre d’indépendance. le troisième volet, exécuté toujours par ces femmes combattantes de la guerre d’indépendance du pays, sera consacré aux témoignages sur les faits de guerre. Les jeunes femmes, émues, ont écouté religieusement les récits rapportés par leurs aînées.

Quant à la présidente de l’AFMWTO, Mme Tassadit Driss en l’occurrence, elle fait une communication sur la condition de la femme algérienne de ce début du troisième millénaire. Sans la moindre concession à la facilité et au « satisfecit », Mme Tassadit Driss a signalé les insuffisances et les lacunes dans ce qu’il convient d’appeler « les Droits de la femme ». Dans ce contexte justement, la présidente de l’AFMWTO a dénoncé certaines iniquités que subissent encore certaines femmes telles que le code de la famille, l’absence de lois protectrices des femmes divorcées sans travail et sans logement, les femmes en détresse laquelle détresse est provoquée par certains aléas de la vie, etc.

La conférencière a également parlé du droit de la femme au travail et la dignité de la femme dans son milieu professionnel et tant d’autres conditions nécessaires pour que la femme se considère réellement comme « la moitié de l’homme ».

Cependant, Mme Tassadit Driss a surtout insisté sur la nécessité d’abrogation du code de la famille jugé en « inadéquation flagrante » avec la réalité de la femme d’aujourd’hui.

Une fois cette enrichissante conférence terminée, les femmes présentes, fort nombreuses devons-nous rappeler, ont procédé à la distribution de cadeaux et honorer les tables par le biais d’une collation. Concernant cette remise de cadeaux, il y a lieu de noter que les femmes ont remis à titre symbolique un cadeau à un bébé âgé de huit mois et de sexe féminin. Ce petit ange de huit mois et baptisé « la femme future » a pour nom : Houda Aouiche. En dernier, il y a lieu de signaler que les femmes affiliées à l’AFMWTO ont saisi cette occasion de la journée de la femme pour procéder à l’ouverture officielle du siège de leur association qui se trouve justement à l’intérieur même de l’imposant immeuble de la Mouhafadha de Tizi-Ouzou.

7 COMMENTAIRES

  1. C’est clair que Matoub Lounes doit s’être retourner cent fois dans sa tombe depuis sont lâche assassinat.
    Lui qui disait qu’aucune femmes Kabyles ne portera le voile islamique…On est tombé bien bas, pourquoi copier vos maitres arabo-islamique? vous parler de la liberté et la place des femmes dans la société mais vous vous enfermez vous même dans cette prison de tissus, symbole de l’aliénation, de l’oppression de la femme et symbole de la volonté d’arabêtisation de la Kabylie.
    En singeant vos maîtres arabes vous êtes complice de la destruction de notre culture…pourquoi ne pas porter les vêtements kabyles….vous avez honte de votre culture peut être?
    je vous dis on est tomber bien bas…

  2. Je ne comprendrais jamais la bédouinisation rampante de la société kabyle par les différents artifices et mensonges islamiques. Tant que nous ne départirons pas des accoutrements arabo-bédouins, nous demeurerons des demeurés/esclaves des tiknouloujistes coranistes.
    Je ne sais pas si le combat est perdu d’avance; ce qui est certain: Le chemin vers l’indépendance de la Kabylie est long et ardu.

  3. Bonnes fetes a toutes. Faut-il rappeler a ceux qui en ont besoin, que sans les Femmes Kabyles, il n’y aurait ni de Kabylie, ni de Kabyles.

  4. Quand je vois une femme kabyle en tchador ou quelque chose de pres, cela me fait mal au coeur. C’;est terrible, c’est de la trahison pure et simple mais je sais que le mal vient d’ailleurs : la famille, le mari,le frere …

  5. Azul Fellawen,

    Il n’y a jamais eu de moudjahidin (combattant musulman) en Kabylie, il n’y a eu que des combattants d’origine Amazigh, et plus précisément des combattants Kabyles.

    Rappelons qu’un des combattants Kabyle a été trahi et assassiné par ces moudjahidins. (Abane Ramdane, pour ne citer que lui)

    Certains de ces combattants Kabyles étaient sans religion, parfois discrètement catholique, et il y avait parfois des musulmans.

    Mais il y avait avant tout des combattants Kabyles. Leurs confessions religieuses étaient de la sphère privée, elle ne concernait en rien la libération de la Kabylie du colon français.

    Par la suite, et entre autre aujourd’hui, les combattants Kabyles (militants) se battent contre le colonisateur arabo-islamiste.

    {{La décolonisation, commence par la déconstruction du mythe arabiste et islamiste en rétablissant simplement la vérité dans les esprits de notre peuple.

    Cela consiste a confronter l’authenticité (l’histoire des Kabyles) face à l’artificiel (les mythes du colon).}}

    Que vive l’état Kabyle, que vive la nation Amazigh, gloire au GPK et succès inévitable pour le MAK.

    • @Trankiloo,

      Ton raisonnement est typiquement arabe!!! Tu ne peux pas réviser l’histoire.

      Les kabyles se sont fait avoir. Oui c vrai. Le reste c du farfelu.

      Quand tu parles de Abane assassiné par ces moudjahidine, Est-ce que Krim Belkacem est un moudjahid? Krim a fait partie de la gang qui ont condamné Abane. N’Est-ce pas? ALORS?

      Pour que la Kabylie devienne indépendante il faut commencer par dire vrai en toute circonstance.

    • vous avez injecte cette maudite idee dans l’esprit des ibadites qui auparavant été des confrere avec les arabes heureusement qu’a resté une petite minorite negligeable appeler des voyoux mozabites. enfin les ibadites ont declarer reelement qui n’ont aucune relation avec les amazigh afin de retablir pour la paix avec les arabes avec de grandes excuses

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici