Chrifa, marginalisée jusqu’à sa dernière demeure

5
Cherifa
Cherifa

HOMMAGE (Tamurt) – Hier, à 13h00, a eu lieu l’enterrement de la grande dame et chanteuse kabyle connu sous le nom de Chrifa au village Aït Halla, localité d’Ilmayen, région de Bordj Bou Arreridj. Sous un torrent de pluie, un millier de personnes a accompagné la courageuse femme à sa dernière demeure.

Sa famille, des pratiquants religieux, submergée par la foule, ont fait l’annonce suivante : « c’est l’enterrement d’une femme, il ne doit y rester que sa famille ». La famille voulait se recueillir dans l’intimité.

Seules une seule télévision « privée » et deux chaînes de radio se sont déplacées. On pouvait noter également la faible présence d’artistes kabyles. On pouvait les compter sur les doigts d’une main. En effet, à la fin de sa vie, elle a été délaissée par ses amis artistes. Elle était dans le dénuement le plus total. Sans sa famille, elle aurait été à la rue avait-elle raconté à un journal. Ces artistes ont la mémoire courte. Bon nombre d’entre eux ont utilisé les chansons de Na Chrifa sans même lui demander l’autorisation.

A signaler et à condamner : la Maison de la Culture Taos Amrouche -Bougie – a abrité un concert le même jour sans respect pour la défunte.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici