Election présidentielle en Algérie : Indifférence totale en Kabylie

8
présidentielles
election présidentielles algérie

KABYLIE (Tamurt) – Rien n’indique à Tizi-Ouzou et un peu partout en Kabylie qu’une élection présidentielle aura lieu dans moins d’un mois. Certaines personnes ignorent même que c’est le début de la campagne électorale. L’indifférence est totale. Les représentants des six candidats ne se sont pas manifestés pour le moment.
Les Quelques posters de Benflis et de son mentor Bouteflika collés ici et là ont été vite arrachés par les citoyens eux-même.

Personne ne veut entendre parler de ces élections en Kabylie. En dépit des divergences politiques et de courants dans la région, tout le monde s’accorde à dire que la prochaine élection sera une autre mascarade du régime central et raciste d’Alger! Rien de nouveau à l’horizon.

Le MAK, fidèle à ses positions, appelle au rejet pur et simple de toutes les élections organisées par le régime algérien qui se comporte en Kabylie en véritable force d’occupation et axe ses sorties publiques sur le 20 avril et le scandale de l’exploitation des gaz de schiste. Pour le MAK, la campagne électorale algérienne est une mascarade, tout comme la campagne de boycott de l’opposition qui ne vise, selon lui, qu’à donner un semblant de crédit à la « démocratie algérienne ».

Le RCD, lui aussi mène campagne contre le scrutin présidentiel algérien mais sous une autre bannière:celle de la compromission avec les islamistes et ne vise que l’élection présidentielle du 17 avril prochain…Quid des autres élections ! Seraient-elles légitimes et transparentes? Quoi qu’il en soit, la campagne anti Bouteflika du RCD regarde plutôt vers Alger où le meeting de la salle Harcha a été une grande réussite pour les islamistes et un désastre pour le RCD. Heureusement que le temps où les kabyles descendaient par centaines appuyer les activités politiques des partis traditionnels kabyles est définitivement révolu: « Chat échaudé craint l’eau froide » et les kabyles auront au moins retenu cette leçon.

Il y a aussi le FFS, une autre formation politique Kabyle qui cherche également à s’implanter ailleurs mais sans succès, et qui, malgré ambiguïté de sa décision politique officielle (ni boycott ni participation ), mène campagne contre les élections présidentielles algériennes. Les militants de ce parti ont exprimé, eux aussi, leur rejet du prochain rendez-vous électoral, mais comme pour le RCD, le Boycott est « intermittent »

« Ils vont bourrer les urnes et l’administration algérienne va encore voter à notre insu, donc il est impératif de prévoir quelques chose au lieu de rester les bras croisés », suggère un jeune étudiant de Tizi-Ouzou, proche du MAK; « La Kabylie n’est pas concerné par ce vote. La seule élection qui devrait avoir lieu est celle du référendum sur notre autodétermination et elle devrait être organisé par la communauté internationale pour faire barrage à la fraude », ajouta en colère notre interlocuteur.

Saïd F

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici