Université de Tizi-Ouzou : Des étudiantes dénoncent le chantage sexuel des enseignants

7

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Des enseignants de l’Université de Tizi-Ouzou exercent des pressions terribles sur leurs étudiantes en cette période de fin d’année. Certains usent même de chantage sexuel pour attribuer de bonnes notes aux étudiantes. Ce n’est un secret pour personne. Des étudiantes qui refusent de céder à ces pervers voient leur année universitaire bloquée à cause de mauvaises moyennes données en guise de sanction dans certains modules.

« Certaines étudiantes ne travaillent pas durant toute l’année scolaire et obtiennent de bons résultats à la fin de l’année grâce aux relations qu’elles entretiennent avec certains enseignants. D’autres, honnêtes et qui s’acharnent au travail se voient dans l’obligation de repasser leur année. C’est injuste. Il faut que, nous, les étudiantes, nous nous mobilisions et que les autorités qui sont au courant de ces pratiques déclenchent des enquêtes et sanctionnent ces enseignants malhonnêtes. Les étudiantes qui cautionnent ces actes doivent être exclues définitivement de ce lieu de savoir. Leurs places n’est pas ici », nous a fait savoir une étudiante de l’université de Tizi-Ouzou.

« Je connais une étudiante en sciences économiques qui a fini par abandonner définitivement ses études à cause du chantage exercé sur elle par deux enseignants. La pauvre fille n’a pas pu les dénoncer. Plusieurs étudiantes vivent ce drame », témoigne une autre étudiante qui affirme qu’un enseignant lui a également fait des avances par le passé mais s’est rétracté après qu’elle l’ait menacé de le dénoncer publiquement.

Il est certains que tous les enseignants ne sont pas à mettre dans le même sac. Certains sont honnêtes et sont les premiers à dénoncer ces pratiques. « Des enseignants de notre Université accomplissent leurs tâches avec sérieux et abnégation. Ils sont nombreux aussi et nous les remercions », rassure notre interlocutrice.

Saïd F

7 COMMENTAIRES

  1. la meilleur facon de bien combattre ce fleau c est de publier les noms des professeurs sur les reseaux tels , facebook , youtube et le partager avec les autres personnes . thanmith

  2. Il faut commencer à révéler leurs identités publiquement et avec les réseaux sociaux. C’est le seul moyen de les faire reculer puisque il n y a pas de justice en Algérie. Ces gestes sont très condamnés dans les pays qui se respectent.

  3. si vous voulez les dénoncer c’est trés simple ce n’est pas que dans un article qu’il faut le publié, allez y en groupe de 3 ou plus d’étudiante voir le procureur de la république et porter plainte directement contre ces gens là, si non ça ne servira a rien

  4. Merci bien, pour cet article qui révèle un grand problème qui rencontre nos filles étudiantes dans son parcours pédagogique estudiantine.
    A mon avis je ne dis pas que ça, n’existe pas, ce phénomène ne pas uniquement ici en Algérie, ce que la question que se pose c’est quoi le remède pour cet arnaque de ce siècle ?
    Pour un parent d’élève se pose cette question, on va où comme ça ? Où sont les lois qui protègent nos étudiantes de ce phénomène qui reste à graver dans notre société ?
    Certes il y a des solutions, mais ce dernier s’applique uniquement dans son environnement des autres pays qui respectent les droits de l’homme, et pourquoi se ne respecte pas chez nous ?, parce qu’il y a toujours lektaf ou tamusni, il connut le général, ou son père ou frère sont des ministres. Le voilà notre problème, ce que veut dire, la cause de problème c’est plus précisément la justice.
    Alors si on demande l’existence de la loi qui punir la personne qui commettre le fait, la loi existe mais leur application se fait comment ? chez nous c’est catastrophique .des gens paient avec euro pour ne pas entrer dans le prison, où sont la souveraineté, et l’indépendance de la justice.
    Je fume le thé, je reste éveillé et le cauchemar continue.(hakim la3lam)

    • Ceci n’est pas nouveau puisque à mon époque des années 80, des enseignent qui méritent pas biensur ce nom honorable exerçaient des pressions tel le hacellement sexuel sur nos étudiantes.la seule façon d’arrêter cela,c ‘est de se constituer en groupe pour aller déposer plainte auprès du procureur de la république. Il faut pas se dire que tous nos responsables sont des corrempus,il faut que cela cesse,sans votre courage de denoncer,d’autres étudiantes resteront dans la solitude et la souffrance.

      • UNIVERSITES-BORDELS et BORDEL UNIVERSITAIRE !

        La politique de  » bordèlisation » des Universités a commencé juste après les Mouvement d’Avril 80 et leurs suites. Les Facs, Instituts, Centres (…) sont  » remplis  » à 75% de filles, donc  » ultra-féminisés  » dans le but de  » dépolitiser  » les campus, car quoi qu’on pense, hélas, elles sont rares les filles qui  » font de la politique  » ! La Sécurité militaire et les Services du protocole ont, d’un commun accord, décidé dès les débuts 80, d’intégrer énormément de filles dans les Universités. Pour ladite Police politique, il s’agit de neutraliser et contrer l’agitation contestataire, protestataire. Pour le Protocole, il était temps de trouver des épouses lettrées/alphabétisées pour les Diplomates, Ministres, Officiers….comme c’est le cas partout ailleurs dans le monde !. Mais au Bled de la démesure et du khalouta, les dirigeants ont opté pour la  » totale  » : gonfler les notes pour accorder les  » bacs cadeaux « , et c’est le fait accompli pour les parents et la société en générale, contrainte d’accepter l’inscription de leurs filles, memes on sachant qu’elles sont en réalité médiocres, le niveau au plus bas….et c’est le bordel à la Fac !

        UNE  » STRATÉGIE DÉLIBÉRÉE  » POUR CASSER LA KABYLIE. La  » marocanisation  » programmée !

        Prostitution, proxénétisme, débauche, drogues, alcool, trafics en tous genres, corruption généralisée, kidnappings, etc. :  » la marocanisation  » (pardon !). Tout y est pour casser complètement la région, et ce depuis longtemps déjà ! Le Pouvoir militaro-mafieux a déployé toute cette panoplie, une boite-à-outils pour embrigader complètement la population, conter toute velléité de résistance et d’opposition contre la Dictature militaire en place depuis 1962 !

        Les tenanciers de ces lieux de débauche sont réputés  » intouchables « , car se sont des gens appartenant au DRS, cette gestapiste de  » Police politique  » du Régime militaire, aujourd’hui  » muée en mafia tentaculaire  » qui a tissé ses mailles dans tous les secteurs et domaines d’activités économiques, politiques, sécuritaires…..et infiltrée à tous les échelons et échelles !

  5. Ce n’est vraiment pas sérieux de publier ce type d’articles. Il ne fait que colporter des rumeurs et de fantasmes de bas niveau. 
    Un article de ce genre fait plus de mal que de bien :
    – Il va décourager les femmes qui partent à l’université
    – Il va encourager les islamistes qui ne veulent pas de société mixtes
    – Il va encourager les papas qui ne veulent pas laisser leurs filles continuer leurs études
    – Il va salir les femmes qui vont à cette universités car elles seront toutes prises pour des Pu…
    – Il va salir les femmes qui réussissent vraiment 
    – Il va salir tous les profs homme qui font leurs travail en tour honnêteté,  et j’en suis sûr que c’est la majorité d’entre eux

    et franchement je ne vois aucun point positif à votre article ! 

    Votre article aurait été parfait si vraiment vous avez fait une vrai enquête et trouvé le coupable, la vous auriez été un vrai journaliste. 

    Pour le moment c’est me site qui prend un vrai coup dans sa crédibilité. Malheureusement certaines causes très nobles que les Kabyles défendent tombent à l’eau lorsqu des personnes comme vous les prennent en main ! Vous faites plus de mal que de bien, arrêter et soyez sérieux un peu!!! 

    Pourquoi ces sois disant étudiantes ne veulent pas désigner leurs agresseurs? 

    Peut être que :

    – Parce qu’en réalité il ne y a pas l’agresseur sexuel 

    Il fait qu’elle comprennent que ce n’est pas parce qu’elles ne sont suffisamment doué qu’elles doivent traiter les autres filles qui réunissent de Pu… 

    Si vraiment il y a un prof qui fait du harcèlement sexuel alors elles doivent le dénoncer et lui briser sa carrières et non pas salir toutes les autres femmes et le laisser lui sévir en toute impunité. 

    Stephane Akvayli

    Envoyé depuis mon mobile Orange

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici