Le schéma d’aménagement du territoire de la wilaya de Tizi Ouzou à l’horizon 2030 examiné

2

TIZI WEZZ (Tamurt) – Les débats ont été houleux aujourd’hui au niveau de l’hémicycle Rabah Aïssat de Tizi-Ouzou à l’occasion de la présentation et la lecture du schéma d’aménagement du territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou à l’horizon 2030.

Cette étude relevant de la paternité de la direction de la programmation et le suivi budgétaires (DPSB) de la wilaya a été présentée et explicitée par le représentant du bureau d’études du Centre National des Technologies et du Consulting (CNTC), M Smaïn Larbaoui.

L’étude en question, présentée dans un document de 64 pages, retient 4 lignes directrices. La première : celle dite « vers un territoire durable », la seconde : « la création des dynamiques du rééquilibrages », la troisième : « la création des conditions d’attractivité et la compétitivité des territoires » et la quatrième : « la réalisation de l’équité territoriale ».

Le bureau d’études du CNTC a également arrêté 4 scénarios possibles dans cette démarche visant à assurer à la wilaya de Tizi-Ouzou son développement d’ici l’horizon 2030. La réflexion a porté sur tous les segments imaginables quant au développement de la région, éléments indispensables au bien-être du citoyen.

Dans ce rapport, il a été également question des moyens à mettre en œuvre pour fixer les populations rurales et, par conséquent, limiter l’exode vers la ville, et ce, en estimant que la population de la wilaya de Tizi-Ouzou à l’horizon 2030 avoisinera I. 278.4I3 individus. Toutefois, à la réalité topographique actuelle de la structure économique, l’étude prévoit que l’exode rural se poursuivra encore durant les 15 années à venir vers la vallée du Sébaou, qui s’étale d’Azazga jusqu’à Tadmaït car c’est sur cette bande zonale que sont implantées les principales unités de production économique.

Le bureau d’études du CNTC a également mis l’accent sur le désenclavement des communes rurales notamment celles classées et identifiées comme « communes à handicaps ». Cependant, l’étude en question, même si son auteur reconnaît qu’elle n’est pas définitive, n’a pas retenu certains aspects de désenclavement des communes et d’une certaine infrastructure relevant du grand développement.

En tout les élus, toutes tendances politiques confondues, ont dénoncé la non prévision dans le rapport d’études l’absence d’un aéroport pour la wilaya de Tizi-Ouzou et davantage de développement du rail. L’un après l’autre, les élus ont déclaré et insisté sur la nécessité non seulement d’un aéroport mais aussi la relance du projet, élaboré durant l’époque colonial, de relier le port de Dellys (Boumerdès) à Boghni par le rail ainsi que l’extension du port d’Azeffoun. M. Smaïn Larbaoui, qui s’est accroché à son seul profil scientifique, a répondu aux assauts des élus, il a répondu que son travail se situe dans le cadre stricte de la démarche de développement nationale, et, par conséquent, s’est tenu à l’écart d’une vision politique.
« Aussi, dit-il, l’étude présentée ici doit être examinée sous son seul paramètre scientifique ». Les élus n’en démordent pas pour autant car, « le schéma d’aménagement du territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou, voulu par les politiques d’en haut repose sur un socle politique auquel nous n’adhérons pas ! ».

A noter que du point de vue technique et scientifique, le schéma d’aménagement du territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou à l’horizon 2030 présenté et expliqué par M. Samaïn Larbaoui a joui du grand satisfecit du DPSB de la wilaya de Tizi-Ouzou de M. Mohand-Akli Aoudj, lui-même architecte et gestionnaire d’un bureau d’études d’architecture.
Celui-ci cependant, lors des grands arguments politiques avancés par les élus, a révélé que déjà dans le passé une proposition a été faite aux responsables concernés de la nécessité d’un aéroport pour la wilaya de Tizi-Ouzou. « Le ministère de tutelle, explique M. Mohand-Akli Aoudj, a dépêché une équipe ici dans notre wilaya pour relever les sites susceptibles d’accueillir l’aéroport en question ». Selon l’intervenant, trois sites ont été retenus à savoir les plaines de Fréha, Tadmaït et Kahra. « Et depuis, révèle M. Mohand-Akli Aoudj, aucune suite n’a été donnée. Poussé à bout, le représentant du bureau d’études du CNTC a fini par accepter que son étude soit revue à la lumière des nouvelles données fournies à l’issue de ces débats de l’hémicycle Rabah Aïssat.

Les choses auraient pu en rester là. Hélas non. Après avoir déclaré officiellement la fin des travaux, la député Mme Ourida Laârfi a lâché à titre personnel à l’endroit de M. Smaïn Larbaoui que le projet d’aéroport pour la wilaya de Tizi-Ouzou ne sera certainement pas accepté par le gouvernement puisqu’il est question à présent de faire une extension pour l’aéroport international Houari Boumediène. Autrement dit, la citoyens de la wilaya de Tizi-Ouzou sont considérés comme les « banlieusards » d’Alger. Cette révélation a été entendue par des oreilles « fines » et nous-mêmes. C’est pourquoi, les élus ont juré dans les coulisses que le rapport final du schéma d’aménagement et du territoire de la wilaya de Tizi-Ouzou à l’horizon 2030 ne jouira pas de la caution des compétences élues de la wilaya. Donc, affaire à suivre.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici