Akbou : pieuse pensée à la mémoire des six Martyrs du Printemps Noir

3

AKBOU (Tamurt) – En ce début de la deuxième décade du mois d’avril 2001, Akbou, à l’instar des autres régions de la Kabylie, se soulève contre l’oppresseur. La population, la jeunesse particulièrement, crie « Halte aux assassinats politiques des Kabyles ! ». Le pouvoir despotique d’Alger répond aux vaillants habitants d’Akbou par le langage des armes.

Au mois de juin, la violence atteint son paroxysme dans cette partie géographique se situant à l’ouest de la wilaya de Béjaia. L’outil criminel d’Alger tire à volonté sur les manifestants d’Akbou avec un armement de guerre. Les balles utilisées contre les jeunes Kabyles, qui manifestaient torse nu, sont celles dites « balles explosives ». Le prix payé pour l’honneur a été très cher. Six jeunes gens sont tombées sur le pavé brûlé par le soleil du fin de printemps après que ces balles explosives leur eurent touchés les organes vitaux. La mort a frappé à Akbou entre le 06 et le 19 juin 2001.

Ces Martyrs, tous touchés de face, sont :
– Ouramdane Ifis, né le 9 mai 1985. Il est tombé au champ d’honneur le 6 juin 2001
– Abdelkrim Mesbah,né le 18 septembre 1981. Il est tombé au champ d’honneur le 19 juin 2001
– Abdennour Nekali, né le 8 juillet 1974. Il est tombé au champ d’honneur le 18 juin 2001
– Rachid Chekkal, né le 17 novembre 1977. Il est tombé au champ d’honneur le 19 juin 2001
– Slimane Arezoug, né le 6 mai 1973. Il est tombé au champ d’honneur le 10 juin 2001 – Karim Sidhoum, né le 5 avril 1984. Il est tombé au champ d’honneur le 18 juin 2001.

Le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), digne représentante du peuple kabyle, a fait le serment de ne pas oublier les Martyrs du Printemps Noir. C’est dans cet esprit et pour cette raison que la ville d’Akbou a vibré hier, et ce pour la 13ème fois depuis cette funeste année 2001, sous les pas des centaines de femmes et d’hommes qui ont juré que le sang versé au printemps 2001 en Kabylie ne soit pas vain.
En effet, la famille militante et patriotique du MAK, à sa tête ses responsables, à laquelle se sont joints des centaines de citoyennes et citoyens, s’est recueillie aujourd’hui à la mémoire de ces six jeunes Martyrs. La cérémonie s’est traduite par le dépôt de gerbes de fleurs à la place des Martyrs d’Akbou laquelle est symbolisée par une statue à l’effigie des six Martyrs et un discours prononcé pour la circonstance par les responsables du MAK.

L’un après l’autre, Bouaziz Ait Chebib en premier (voir la video), les intervenants ont rappelé le combat pour lequel les six jeunes gens d’Akbou ont donné leur vie et martelé, encore une fois, les attentes du peuple kabyle, à savoir son autodétermination.
Evoquant la question de l’officialisation de tamazight, occasion que le pouvoir d’Alger veut exploiter pour y diluer la revendication principale kabyle (l’autodétermination), le secrétaire général du MAK, Farid Djennadi, a qualifié la question d’une « énième tentative de supercherie politique » car, « la revendication de la Kabylie ne se limite pas à son officialisation ».
Farid Djennadi, avec sa légendaire puissance verbale qu’on lui connaît, a insisté sur la nécessité de régler la question kabyle dans sa globalité et non partiellement. Pour le secrétaire général du MAK, le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) et les associations activant directement sous la paternité du pouvoir d’Alger ne peuvent pas répondre aux attentes du peuple kabyle.
Par la même occasion, Farid Djennadi a étalé la réalité de la Kabylie et les objectifs véritables que le pouvoir d’Alger compte lui réserver et qui sont loin d’être saints.

De Bgayet, Said Tissegouine pour Tamurt.Info

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici