Il accepté de prendre part aux consulation plitique d’Ahmed Ouayhia : Le FFS répond à l’appel du pouvoir

21

ALGÉRIE (Tamurt) – Ahmed Ouyahia qui était naguère l’ennemi juré du FFS recevra cette semaine les responsables de ce parti dans son bureau.

C’est dans le cadre de l’initiative de Bouteflika de procéder à un changement politique du pays et aux consultations des partis que le FFS a répondu favorablement à cet appel. L’information est confirmée officiellement par le parti de Hocine Aït Ahmed. Une décision qui démontre clairement que ce parti dit d’opposition n’est qu’un instrument du régime qui continue à tromper une petite partie des Kabyles.

On se demande comment croire à la volonté de Bouteflika de procéder à une transition démocratique en Algérie alors qu’il vient juste d’organiser une mascarade électorale au mois d’avril dernier pour se maintenir au pouvoir pour un quatrième mandat. Tout le monde sait que le changement n’aura jamais lieu en Algérie sans le consentement des décideurs.

L’annonce au préalable d’Abdelmalek Sellal, la semaine passée, que Tamazight ne sera pas officialisée n’a fait réagir personne en dehors du MAK.

Saïd Sadi, de son côté, a scellé définitivement son alliance avec les ennemis de la Kabylie. Ses photos et accolades avec les terroristes du FIS, la semaine passée, ont choqué l’opinion publique en Kabylie ! Ce même Saïd Sadi qui a crié au scandale en 1996 après l’alliance du FFS avec le FIS. En 1999, pour l’histoire, Saïd Sadi avait mené une campagne électorale active en faveur de la loi de Bouteflika, la concorde civile, qui a blanchi les terroristes et les militaires de leurs crimes contre l’humanité.

Saïd F

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici