2e PARTIE – Le FFS et le RCD deux partis « démocrates » au service d’une dictature militaro religieuse

9

Le faux statut de partis nationaux Algériens que ces deux partis le FFS et le RCD s’octroient abusivement alors que leurs militants sont exclusivement Kabyles leur permet d’obtenir les agréments et la reconnaissance du pouvoir qui les emploie et les instrumentalise. Ce faux statut de partis « démocrates » algériens renforce, auprès du peuple kabyle, l’illusion d’être dans une même nation et lui donne de faux espoirs sur l’aboutissement de ses droits élémentaires et fondamentaux niés depuis 1962.

Les militants de base du RCD et du FFS ont toujours rêvé de voir leurs partis dans une alliance rassemblant toutes les forces démocratiques contre le pouvoir dictatorial du fait que leurs programmes politiques sont pratiquement identiques, mais leurs responsables entretiennent les guéguerres fratricides pour éviter cette alliance qui nuirait à ce pouvoir rentier corrompu et corrupteur.
Durant toute la période du multipartisme ils n’ont cessé de s’accuser mutuellement ; le FFS accusait le RCD d’être un allié du DRS, le RCD l’accusait à son tour d’être un allié des islamistes voire même des terroristes. Mais depuis les dernières législatives ils ont inversé les alliances ! Le FFS qui était proche des islamistes est devenu proche du pouvoir et le RCD qui était proche du DRS s’est rapproché de la nébuleuse islamiste. Ceci ressemble plutôt à de la prostitution politique qu’à une lutte pour des idéaux de démocratie et de liberté !

De compromission en trahison; c’est ainsi en Janvier 1995 Ait-Ahmed (FFS) pactisait à Saint-Egidio avec Anouar Haddam, émir du FIS, porte-voix du GIA, et récemment en Juin 2014 Said Sadi (RCD), suivant honteusement les traces de son frère ennemi, embrassa à Alger Ali Djeddi, l’un des plus grands terroristes du FIS qui s’est félicité d’avoir égorgé ses opposants sur leurs lits et devant leurs femmes.

Dans les années 90, j’étais un fervent militants du FFS tout en ayant une grande admiration pour Said SAADI, mais depuis 2001 j’ai compris que les hauts responsables de ces deux partis ne défendent ni la démocratie, ni les intérêts des Algériens et encore moins les droits du peuple kabyle, ils obéissent plutôt aux instructions du pouvoir mafieux en échange de subventions colossales et autres intérêts particuliers de clans et de famille.

Notons qu’aucun des deux partis n’a osé condamner les récentes autorisations données par le pouvoir criminel d’Alger à la société Française pour l’extraction par fracturation du gaz de schiste en Kabylie qui mettra nos générations futures en danger.

On peut dire que ces deux partis se sont « EFFELENISER » c’est-à-dire qu’ils sont contaminés par le FLN et sont devenus comme lui, s’ils persistent encore dans cette attitude ils appliqueront à la Kabylie le programme du HAMAS voire même celui du FIS pour faire plaisir à leurs souteneurs.

Nous souhaitons ardemment que ces deux partis se réveillent, se ressaisissent et s’unissent pour défendre et appliquer au moins les contenus de leurs programmes politiques.

Les Amazighs qui étaient majoritaires à l’indépendance sont devenus minoritaires en subissant en permanence l’arabisation par la terreur et l’extermination de la part des arabo islamistes (comme Boumediene, Bouteflika, Belkhadem, Ouyahya, Toufik, Zerhouni…etc.

Le massacre des Mozabites par les arabes chaambas avec l’aide du pouvoir, et celui des Kabyles en 1963, en 1980 puis en 2001 sont des exemples édifiants de la haine des Amazighs en Algérie. Les kabyles Algérianistes qui oublient que Belkhadem a proposé avec insistance lors d’un conseil des ministres en 2001 le bombardement de la Kabylie avec l’aviation militaire, ou encore Ali Belhadj qui a appelé au génocide en Kabylie, seront responsables devant l’histoire de la disparition de notre peuple.

A l’impossible nul n’est tenu. L’Algérie a choisi la voie tracée par l’idéologie arabo islamique pour devenir un pays exclusivement arabo musulman comme ses frères et sœurs l’Irak, la Syrie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite…etc. Ce n’est pas à la minorité Kabyle de 10 million d’habitants de se sacrifier et de se battre contre les vents pour la dévier de son chois. La démocratie, et la liberté de conscience sont des valeurs qui ne peuvent s’appliquer à un peuple par la force mais c’est à ce dernier de se les approprier et de les vivre s’il le souhaite. Si on laisse la Kabylie sous la domination arabe Algérienne elle deviendra elle aussi dans quelques années arabo islamiste, réfractaire aux valeurs de liberté, de tolérance et de laïcité. Que chacun assume ses responsabilités devant le peuple et devant l’histoire.

Kader DAHDAH

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici