Insécurité en Kabylie : Le silence complice de la classe politique algérienne

5
Gouvernement algérien
Gouvernement algérienGouvernement algérien

KABYLIE (Tamurt) – Devant cette situation préoccupante, hormis le MAK qui lutte sur tous les fronts, ce qu’on appelle la classe politique algérienne a brillé par son absence. Aucune formation politque légalisée par le régime d’Alger n’a daigné prononcer un mot sur la situation préoccupante qui prévaut en Kabylie. Ni la classe dite d’opposition, qui se limite au FFS et au RCD, ni celle qualifiée d’éternelle pouvoirsite composée de la smala du régime.

Certains correspondants de la presse locale essayent tant bien que mal d’alerter l’opinion dite nationale, mais personne ne leurs prêtent attention. Cette attitude de la classe politique algérienne est un mépris envers la population Kabyle, mais cette dernière n’attend rien d’elle depuis des années. « Nous savons bien qu’aucun parti politique ne s’intéresse à la Kabylie. Nous aussi, nous n’attendons rien d’eux, d’ailleurs les résultats des élections le confirment, donc il faut nous libérer et prendre notre destin en main. C’est la seule solution», préconise Kahina, une militante de la ville de Voughni.

Les partis politiques algériens sont beaucoup plus préoccupés de ce qui se passent au Moyen-Orient avec leurs « faux frères palestiniens ».

Saïd F

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici