Le jeune Fayçal Belkacemi enterré aujourd’hui

1

Il y avait une grande foule ce matin au cimetière au village de Cheurfa, qui est au même temps chef-lieu de commune, wilaya de Bouira, même si présence des autorités n’était que celle du président de l’APC. En revanche, la grande famille militante et patriotique du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) y était fortement présente.

En effet, en sus des nombreux militants et cadres locaux, Il y avait le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, et sa délégation composée de Hocine Azem, secrétaire nationale aux relations extérieures, et Abdellah Gherrab.

Il était exactement dix heures quand le corps sans vie du jeune Fayçal Belkacemi a été mis en terre. Vu la grande chaleur qui régnait ces derniers temps sur la Kabylie, on a préféré enterrer le défunt à cette heure de la journée.

Rappelons que le jeune Fayçal Belkacemi a été kidnappé par des inconnus jeudi dernier puis assassiné par ses ravisseurs. Son corps a été retrouvé hier dans un puits situé dans la propriété familiale, non loin de la maison nouvellement construite et non encore habitée.
Toutefois, l’autopsie a révélé que la jeune Façal, âgé de 24 ans, a été tué par strangulation. Autrement dit, c’est un corps sans vie que le ou les assassins ont jeté au puits.
En effet, la même autopsie a révélé que le corps n’était pas imbibé d’eau comme c’est toujours le cas quand le décès est causé par noyade. L’état des poumons a été également révélateur du non décès par noyade. La grande question est de savoir qui a commis une telle ignominie et pourquoi ?

L’assassinat de Fayçal Belkacemi est le troisième survenu à Cheurfa depuis seulement onze mois. Le premier a été commis sur un homme de 30 ans le premier septembre 20I3. Le deuxième a été commis sur un adolescent de I7 ans, il y a à peine trois. A
présent, c’est ce jeune homme de 24 ans. C’est pourquoi, les habitants de Cheurfa vivent à présent dans une grande psychose.
Pourrait-il donc en être autrement ? D’un côté, la faucheuse frappe sans pitié et les assassins, infatigables et impitoyables, rôdent dans ou autour ce village dans l’anonymat. D’un autre côté, l’Etat algérien manifeste un laxisme flagrant, peut-être même qu’il encourage ce genre de crimes, et ce pour des raisons que lui seul connaît.

La psychose qui s’est emparée des habitants de Cheurfa est vraiment justifiée. Aujourd’hui, la Kabylie entière fait face à un Etat voyou. La politique de destruction mise en pratique en Kabylie démontre, d’une façon on ne peut plus claire, qu’elle dépasse de loin les méthodes classiques de la mafia. La mafia ne détruit pas les espaces et les vecteurs économiques. Elle s’en accapare et les exploite. Cela veut dire que le simple citoyen en profite indirectement. Or l’Etat algérien détruit et assassine. Le pire, c’est qu’il ne parle pas et, surtout, n’écoute pas. Il ne laisse même pas la moindre brèche où il est permis à un individu de soupçonner ses véritables objectifs. C’est l’opacité la plus totale.
Les militaires prétendent ne pas faire de la politique et se cachent derrière les civils. Ceux-ci accusent en aparté les militaires d’être les véritables architectes et décideurs de la politique nationale. Qui dit vrai et qui dit faux ? Certainement qu’il y a mensonge des deux côtés de la barrière. En effet, vu le nombre impressionnant de « nos responsables » civils qui se bousculent à grands coups de coude devant le bureau du patron du DRS, rien que pour s’asseoir sur les genoux du grand général, cela suggère que les militaires sont toujours aux commandes de l’appareil politique algérien.

D’un autre côté, lorsqu’on voit le luxe dans lequel baignent ces « chers » civils, et surtout, l’attitude hautaine qu’ils manifestent à l’endroit de la plèbe, on est tenté de croire qu’ils détiennent une certaine clef du pouvoir. Mais à quoi peuvent servir toutes ces conjectures ? A rien sans doute. Car militaires et civils sont des hommes et des femmes enfantés par cet espace territorial appelé « Algérie ». Ce ne sont pas les Français ou les Américains qui ordonnent l’assassinat des Kabyles et la destruction des espaces économiques de la Kabylie. Et ce ne sont pas les martiens non plus. Les plans sont réfléchis par Alger et les ordres d’exécution sont donnés par Alger. Cela constitue une vérité indiscutable. Et, par conséquent, cela doit suffire au peuple kabyle pour s’assurer des ripostes au moins égales en puissance aux agressions dirigées contre lui.

[->http://www.youtube.com/watch?v=sadvXQJdDl4&feature=share]

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici