Les maquis de Kabylie, de nouveau infestés par des terroristes

24

KABYLIE (Tamurt) – Les maquis de Kabylie sont de nouveau infestés par des terroristes. Dans certains villages reculés ou se trouvant à la lisière des bois, les terroristes font preuve même d’audace puisqu’ils ne prennent aucune mesure de précaution dans leurs déplacements.

Certains d’entre eux poussent même l’outrecuidance jusqu’à recommander aux villageois qu’ils rencontrent sur leur passage de « se coudre la bouche et de se boucher les oreilles ». « Vous ne voyez rien et vous n’entendez rien ! De notre côté, aucun mauvais vent ne vous parviendra. Le respect d’un tel deal sera bénéfique aussi bien pour vous que pour nous. ». Telles sont les « conseils » qui ne sont en réalité que des menaces ou du moins des ordres donnés par ces groupes d’hommes armés aux villageois qu’ils rencontrent, de jour comme de nuit.

Et jusqu’à présent, ce « deal » semble être respecté. Toutefois, les populations sont terrorisées par ces va-et-vient incessants de ces hommes armés et inconnus de la région.

Qui sont-ils ces hommes armés qui semblent avoir totale confiance en eux-mêmes ? Que font-ils dans les rues de nos villages ? Quel mauvais coup préparent-ils encore ? Pour combien de temps seront-ils devant nos portes ? Qu’adviendra-t-il de nous si les services de sécurité venaient à les accrocher dans notre village ?
Telles sont les principales questions que se posent les habitants de chaque village par où transitent presque au quotidien ces hommes armés dont la démarche et le comportement ne ressemblent guère aux éléments des services de sécurité ?

Et ce qui semble curieux, c’est que ces hommes armés sont décrits de la même façon par tous ceux qui les ont vus. En effet, dans les localités d’Akbil (daïra de Aïn-El-Hammam), Ath-Douala, Ath-Zemzer, Sidi-Ali Bounab, Akouren, Mizrana pour ne citer que ces parties réputées comme zones forestières et
maquisardes, les groupes d’hommes armés sont décrits de la même façon par les citoyens qui les ont rencontrés ou vus de près ou de loin. Une telle réalité tend fort bien à suggérer qu’il est encore trop tôt d’affirmer que le pire est derrière nous. En tout cas, l’expression « le terrorisme est à son état résiduel » ne sied pas encore au discours officiel sur la lutte contre le terrorisme.

Addenda: Dans les milieux avertis de Tizi-Ouzou, l’on fait une corrélation entre cette soudaine forte présence « terroriste » dans les maquis de Kabylie et le fameux rapport de la Banque Centrale d’Algérie sur la situation financière peu reluisante de l’Algérie. Si M. Mohamed Laksaci, gouverneur de la Banque d’Algérie et Karim Djoudi, argentier du pays ont utilisé des termes techniques et scientifiques dans leurs déclarations respectives, il n’en demeure pas moins qu’en termes clairs, les fameux matelas de dollars, dont Abdelaziz Bouteflika s’est longuement vanté avoir gagné par sa politique « prophétique », se sont volatilisés. Autrement dit, le citoyen, toujours le dindon de la farce malgré lui, au lieu de chercher les auteurs de ces détournements et la destination finale de l’argent volé, il ne chercherait qu’à sauver sa vie. Après tout, il serait préférable, et mille et une fois mieux, d’être volé et trahi que de mourir.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici