Un touriste alpiniste français kidnappé en Kabylie : Un kidnapping qui suscite interrogations

20

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Un Français, Hervé Gourdel, 55 ans, a été kidnappé hier à Tikdjda par un groupe d’hommes armés. La victime aurait été surprise pendant qu’elle faisait de l’alpinisme touristique.

Dans un communiqué qu’ils ont diffusé, les ravisseurs, qui se sont présentés comme membres du DAESH, ont déclaré que la libération de leur otage est conditionnée par l’arrêt de raids de la France en Irak.

Il faut relever que c’est bien la première fois qu’un ressortissant étranger a été ciblé par un rapt en Kabylie. Habituellement, ce ne sont que les citoyens kabyles qui font l’objet de kidnapping. C’est pourquoi, l’enlèvement de ce Français suscite bien des interrogations.

En effet, depuis l’avènement du terrorisme, en I992, l’Algérie est fuie par les touristes. Ils lui préfèrent le Maroc. Et si un peu partout en Algérie, le calme est revenu et les soldats sont rentrés dans leurs casernes, la Kabylie, en revanche, continue à subir la présence militaire ; et fort massivement.
De ce fait, ni investisseurs ni touristes n’osent s’y hasarder. Par ailleurs, l’activité alpine n’a jamais été le point fort de la Kabylie. Les montagnes du Djurdjura ne sont ni le Mont Blanc, ni l’Himalaya et ni les Montagnes Rocheuses.

Il se trouve que ce Français, qui, non seulement, a osé passer une multitude de barrages militaires, mais a trouvé utile de faire de l’alpinisme. Et quand ? Au moment justement où Paris veut entraîner Alger dans une guerre contre le peuple berbère de Libye.

Au moment aussi où Alger commence à manifester des signes de découragement dans ses tentatives de convaincre la communauté internationale que les Kabyles sont des terroristes et que la Kabylie est le grand fief du terrorisme international. C’est quand même curieux qu’un Français soit kidnappé en Kabylie par le DAESH alors que le peuple kabyle, dans son écrasante majorité, ne voit les Français qu’à travers le tube cathodique. Et pour tout dire, ça sent le coup tordu réfléchi conjointement par Paris et Alger.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici