Appel à contributions pour l’ouvrage collectif – La Kabylie à l’heure des choix

13
Kabylie
Kabylie

CULTURE (Tamurt) – Vigoureusement impliquée dans les évolutions sociopolitiques récentes de l’Afrique du Nord, aujourd’hui la Kabylie se cherche et cherche sa place. Le blocus politique et médiatique, sévissant notamment depuis le Printemps noir 2001, n’a pu contenir l’émergence d’une pléthore d’idées, de projets sociopolitiques et de réflexions novatrices concernant l’avenir politique, économique et culturel de la région. Fidèles à leurs traditions démocratiques, les Kabyles, y compris ceux de la diaspora, ont manifesté constamment leur volonté de prendre part à un vrai débat de fond. C’est d’ailleurs à la faveur de médias bidouillés sur Internet qu’ils ont brisé la chape de plomb de censure et abordé des questions qualifiées autrefois de tabous telles que la laïcité et l’autodétermination.

Dans la continuité de ce processus de réappropriation de la parole, il nous a semblé nécessaire de soutenir cet échange où les élites politiques, culturelles et scientifiques sont invitées à observer une pause afin de réfléchir à la place qui doit revenir à la Kabylie aussi bien en Algérie qu’en Afrique du Nord et dans le monde.

Un ouvrage collectif convient parfaitement à une réflexion sereine, franche et profonde qui, tout en transcendant les aléas de l’actualité des faits divers, tiendra compte de la diversité des projets et des opinions qui animent les Kabyles dans leur diversité. Sans prétendre de vouloir épuiser la discussion, notre ouvrage se veut, au contraire, le point de départ d’un débat de fond et une contribution qualitative à cet effort collectif concernant l’avenir de la Kabylie.

13 COMMENTAIRES

  1.  » la place qui doit revenir à la Kabylie aussi bien en Algérie qu’en Afrique du Nord et dans le monde »

    Certe on peut pas déplacé le pays kabyle en dehors de la partie nord du continent africain sauf par big-bang.

    DONC:

    -La kabylie dans l´algerie pose probèlme non par son infusion géographique qui forme un pays commun mais l´orientation idéologique de cet derniere aprés guerre(état-nation) qui fait defaut pour le pays kabyle.

    -La kabylie dans l´afrique du nord, proprement parlé c´est vrais, mais il faut pas oublié que l´ensemble des états qui l´habitent sont exlusivement arabe et islamiste, d´ailleur cette partie du continent pour des considération purement idéologique, s´appelle plus l´afrique du nord mais elmaghreb elaarabi oua islami

    ET ENFIN(Assah)

    -La kabylie dans le monde ne peut pas devenir autre chose qu´un pays apart entière avec son siège au sein de L´ONU.

    • Un rajout de precision pas plus:

      – La souverainete’ d’Etat, revient(est reconnue) au « Peuples. »

      – Une Nation est Assemblage de plein gre'(volonte’) de populations, sur la base d’un ensemble de reperes partages’ a commencer la race, la langue, la croyance religieuse, histoire, et proximite’. La Kabylie par example regroupe plusieurs populations (groupement Humains) qui presentent et partagent tous ces reperes, formant une personnalite’ forte, tres forte meme, au point ou l’on s’apprete a la definition de tribus d’un meme CLAN.
      C’est d’ailleurs, ce que comprennent les non-Kabyles par le terme Aarch et ils ont tort. L’arch se definit de maniere purement geographique (naturelle et moderne/emancipe’e meme si elle date de siecles). Voila le degre’ de clairvoyance politique de nos ancestres(Massinissa).

      – Iqvayliyen(Qabayle, Kabyles, etc.) – et les tribus: Cette appelation (Qbayel), n’a apparu que depuis l’arrive’e des Ottamans-Turcs en Afrique. C’est une perception est description d’une organisation sociale dans la langue Arabe. Etaient designe’s de Quabayles, tous les Aarchs d’Algerie, qui se definissaient donc par leur isolement geographiques.

      Au fil de temps et grandissant en population et nombres de villages(communaute’s), des specificite’s mineurs mais visibles ont apparu, creant un sentiment d’appartenance et d’interet commun soit-il materiel ou securitaire. Par example, nous n’avons pas les memes contraintes/expose’s securitaires en haute Kabylie que les tribus de Vgayet ou Jijel, ou encore la valllee du Mzab. Bref, au bout d’un certain temps, il se forme des petits Peuples, avec 90% de reperes partage’s et 10% d’ecart. Mais, tous ensemble, forment bel et bien une Nation, dans le sens qu’ils disposent d’enttente et de protocole pour gerer leurs rapport internes, mais aussi leurs rapports avec les etrangers.

      Aujourd’hui, il y a lieu de dire, que la Kabylie, comme nous la considerons, un ensemble d’Aarch et groupes Humains, forment une NATION, malgre’ les obstacles et manipulations de puissances militaires externes. Il y a quelque temps c’etait les Turc, puis la france et son relais qu’est le regime Algerien avec son charcuttage administratif.

      Les examples flagrants sont la separation des Ouersanis de la Kanylie que nous connaissons, la separation du pays Chawi du pays Kabyle, l’isolement des Aures de la Kabylie et biensur la plus grossiere des separations, celle de la petite Kabylie de la grande.

      Tout cela s’applique aussi bien en Algerie qu’au Maroc, Lybie, Tunisie et Mali. La reference parfaite pour ce charcuttage est le Livre de Mas Ferhat Nat Saed(Mhenni)LeSiecle Identitaire.

      – Ce que je veux mettre en evidence, c’est que chaque groupe, allant du village quartier ou ville, constitue une entite’ politique

      – Le challenge est comment et quel procole (model) ou systeme de rapport et d’organisation pour que chacun vive sa specificite’ pleinnement, tout en participant dans l’elaboration d’une entite’ politique qui regroupe l’essentiel de ce que nous paratageons. c.a.d. une Super Nation?
      Biensur qu’il y a plein d’ide’e, mais la question n’est pas tranche’e et, est d’ailleurs pose’e dans cette invitation (gouvernance).

      Ma croyance est que d’un point de vue structurel, ce que nous avons herite’, c.a.d. Aarchs, est le model a suivre, et a completer avec des structures, moyens et methodes modernes, parmis lesquelles: Une administration permanante qui repose sur des Institutions, Bref, un Etat Moderne avec des gouvernements et assemble’es locaux et un gouvernement et assemble’e federal, qui les regroupe. La question est donc, comment etablir les lignes de demarcation, c.a.d. la separation des pouvoirs et responsabilite’s.

      – Voila a mon sens, ce que represente le MAK et l’ANAVAD, du moins leurs destine’es. Leur missions complementaires sont le rassemblement des populations, pour arracher pacifiquement(de preference) notre droit a l’auto-determination, c.a.d. la paix de mettre en oeuvre ce projet paisiblement, et sans guerre- qui deviendrait inevitable autrement.

      – A mes yeux, il y a 4 domaines que les Kabyles doivent aborder immediatement, dans le but d’en degager 4 institutions/structures pour servir de bureaux d’etudes et de propositions de gestion et organisation: Education, Securite’, agriculture et de consultation.

      1) Consultation: Mission cration du reseau entre structures locales, concertation, coordination, etc. dont la plus mission sera l’organisation d’un referundum d’auto-determination.

      2) Scolaire, c.a.d. Une Academie: Penche’e sur l’etude et l’etablissement d’un curriculum d’etude, et des methodes d’enseignement destine’ aux Ecoles Kabyles – Avec une structure separe’e tourne’e vers la standardisation de l’administration Kabyle.

      3. Securite’: Creation et organisation de milices para-militaires capable d’operations subversives, defense et execution d’ordres par une commission juridique specialise’e au sein du duo MAK/ANAVAD. Une arme’e ordonnee et invisible.

      4. Agriculture: Charge’e de recensement, protection et organisation des terres agricoles et de definir des methodes et structures de gestion de la production et la distribution.

      5. Sante’: Construire un systeme de sante’ integre’, qui demarre du recensement des besoins, jusqu’au developement d’une culture a maximiser la sante’ des Kabyles et minimiser les depenses en medicaments, appareils sophistique’s etc. – prevention qui se doit de faire partie de l’education.

      • La première structure serait un noyau réellement autonome ,à l’abri des sournoises pénétrations cancérigènes arabo-islamiques;un vaccin peut préserver d’une maladie mais une calamité installée entrave toute possibilité de guérison,surtout quand elle utilise l’outil aboumachiavel !

        • Je ne sais de quel noyau tu parles. Mais les noyaux ce n’est pas ce qui manquent – sauf le securitaire dont je n’en sais rien. En ce qui concerne, l’academie par example, l’Anavad a oeuvre’ dans ce sens avec un ministere de la langue Kabyle etc. Un ministere theoriquement se charge de la gestion de l’education, qui comprend entre autre la construction d’une academie en premier chargee du contenu, de la formation et gestion du personnel, et enfin la logistique et l’administration. Il en est de meme pour les autres. Cependant, en l’absence physique de l’Anvad en Kabylie, ses structures sont necessairement affaiblies.

          Pour l’instant, sa mission critique est la vulgarisation de la cause dans le but de trouver un support international et preparer la reconnaissance de l’Etat Kabyle.

          En contre-partie, il y le MAK sur le terrain charge’ de l’eveil des Kabyles et la structuration de leur action commune.

          L’adhesion n’etant pas un probleme du tout (du moins de la majorite’), il reste l’organisation et coordination de l’action, ce qui se doit de sortir d’un groupe de reflection et coordination – Le CNK semble parfait pour cela, meme su le travail feroce de Nat Chebib a genere’ un grand monde a synchroniser. Pour se faire, je pense que le CNK se doit la mission de generer petits groupes specialise’s pour se pencher sur une mission ou une autre. Et c’est dans ce sens qu’il fallait interpreter mon commentaire – c.a.d. les 4 ou 5 1ers groupes missionnaires, capables d’operer a travers toute la Kabylie et au-dela, c.a.d. partout ou il y a une section !!!

          Pas besoin de jouer la vierge folle, la 1ere mission se doit etre « Les Services » et l’information, avec comme examples de missions:

          – Localiser, quantifier et qualifier – les forces de repression algeriennes en Kabylie.
          – Localiser, quantifier et qualifier – toutes les ressources Humaines en Kabylie.
          – Developer un systeme de signalisation et de protection des acteurs politiques du MAK.
          – developer un systeme de communication dissimule’.
          -Developer un systeme et reseau de passeurs d’Hommes. Ferhat et d’autres pourraient rentrer et sortir commes fantomes (lol)
          – Identifier, localiser, quantifier, et qualifier – toutes les terres agricoles, les sources d’eau douces, les routes, les ponts, les installations de telecommunications, les ecoles, les intrus-barbus(agents dz), etc.

  2. Afin de m’eviter a moi-meme et d’autres de gaspiller du temps, je suggere vous ceci:

    1. Prennez une adresse aupres de Yahoo.com, qui crypte le courrier electronique. Google ne le fait pas. Ou mieux encore, pour $1 / mois, vous pouvez louer une boite et un service d’un email, certain qui ne fera pas le tour du monde avec 6000 mots, fois le nombre de repondants. La prise a la legere, de l’identite’, opinions et temps des personnes que vous sollicitez, ne peut que vous guarantir la mediocrite’.
    email: https://www.godaddy.com/offers/online-business.aspx?ci=93372

    2. Afin d’opptimiser le temps de gens que vous sollicitez, je vous conseille de proceder d’une maniere organise’e, comme ceci, c.a.d. en 3 etapes:
    – Ne recueuillir que des proposisions de sujets, pendant une dure’e de 15 jours par example:

    – Selectionner 3 auteurs par sujet et contacter les concerne’s, pour demander un peu plus de detail sur le contenu, comme ceci:
    a. Sujet
    b. Titre
    c. Le but et style (papier, reflection, anecdote, contre-verite’, fait historique inedit, inconnu, travesti, etc.
    d. Liste des paragraphes et le point de chacun (argument, demonstration, illustration, etc.)
    e. Conclusion – ou la morale/lecon
    f. Un profil suscint de l’auteur
    g. Moyen de contact

    – Retenir une/+ propositions par sujet et contacter les auteurs.
    – Etablir un programme de suivi/evolution regulier et eviter ou detecter l’abandon en route.
    – Finaliser la liste et ANNONCER la fermeture des candidatures et LIBERER LES AUTRES.

    Une demonstration « serieux » et de « respect » de votre part, vous guarantira la meme chose.

    Tanmirt.

  3. Depuis 1962, le Kabyle plutôt que de regarder les choses en face, préfère se dérober à la réalité, il a du mal à reconnaître sa vraie situation en tant que colonisé. Nos « élites » ont tout réduit au problème culturel, qu’ils n’hésitaient pas d’ailleurs à marchander au profit de leur croyance idéologiques, à le sacrifier pour des intérêts occultes, ils (pas tous, loin de moi cet amalgame) l’ont transformé en un jeu entre les mains des clans du même système qui nous oppriment. Tous les courants (marxistes, socialistes, laïquards..) l’ont utilisé uniquement pour leurs propres intérêts. Certes, les Kabyles subissent un des plus grands apartheids culturels, mais il n’y a pas que ça. La réalité est que nous subissons un apartheid tout court qui englobe toutes les discriminations. Depuis 1962, les Arabes nous traitent comme leur colonisés, comme des sous humains, des individus n’ayant aucun droit et sans aucune dignité.

    Il faut absolument casser les tabous et ne pas avoir peur des mots. Le peuple kabyle est un peuple colonisé. Oui, réellement colonisé. Les Kabyles subissent un racisme racial en Algérie et un apartheid des plus pires. Nous avons mis presque 40 ans pour prononcer le mot « autonomie » de peur de paraître singuliers et à part ; alors que les Arabes n’arrêtent pas de nous singulariser et de nous mettre à part. De peur que les Arabes nous voient en tant que Kabyles, alors qu’ils n’arrêtent pas de nous voir comme tels et uniquement comme tels.

    Depuis 1965, un bureau des affaires kabyles (le BAK) fut crée à Alger, le but est de faire disparaître l’âme kabyle et berbère de la surface de la terre. Les Français ont créé dans le passé le bureau des affaires indigènes, les Arabes à leur tour créent le bureau des affaires kabyles, les indigènes de l’Algérie indépendante. Depuis cette date, le pouvoir arabe en Algérie n’arrête pas de nuire à tout ce qui est kabyle et à organiser son génocide. Ils ont commencé par l’élimination physique de l’élite kabyle qui n’a pas accepté leurs plans macabres(mameri,andré meceli,djaout,said mekbel,matoub,muhenf uharun….), ils ont exilé et marginalisés nos poètes, nos hommes de lettres, ils ont asphyxié économiquement la Kabylie pour pousser les Kabyles soit à immigrer vers d’autres régions, donc à s’arabiser d’eux-mêmes, soit vers l’extérieur pour diminuer le nombre de ces indigènes. Ils sont allés jusqu’à interdire le mot « Kabyle » dans les bouches. Quitte à être ridicules, le club de football JSK (jeunesse sportive de Kabylie), a été rebaptisé « jeunesse sportive kawkabi », c’est ridicule mais c’est juste pour effacer le mot « Kabyle ».

    Leur racisme anti kabyle va crescendo, une colonisation de peuplement de la Kabylie est programmée, des villages « socialistes » ont été implantés au cœur de la Kabylie avec des populations uniquement arabes. La distribution de logements dans les grandes villes kabyles (Vgayeth, Tubiret, Tizi) est gérée directement par le BAK. 90% des logements dans ces villes ont été attribués à des Arabes venus de tous les coins et recoins d’Algérie : Djelfa, Msila, Sétif (coté arabe), Souk Ahras, Guelma… Le BAK voulait faire disparaître toute trace kabyle dans les villes, pour eux le Kabyle ne doit être parlé, en attendant une arabisation totale, que dans les villages aux fins fonds de nos montagnes. Pour eux la partie citadine de la Kabylie doit disparaître. Ce bureau diabolique avait et a toujours un budget colossale, des familles entières éparpillées sur tout le territoire de la Kabylie mais surtout dans les grandes villes ont été financées à coups de dinars et d’avantages divers afin de propager la langue arabe, de ne parler qu’en arabe afin de donner l’exemple et ainsi créer un grand complexe chez ceux qui continuent à ne parler qu’en kabyle. Ils voulaient rendre le Kabyle minoritaire même chez lui.

    Le résultat de leurs plans macabres est malheureusement visible. A Tizi par exemple les populations des quartiers entiers notamment la haute ville ne parlent qu’arabe et ne s’habillent que comme arabes, des femmes vêtues en robes kabyles qui s’aventurent à traverser ces quartiers sont sifflées et traitées de kabyles montagnardes, ils profitent de notre tolérance et de notre passivité pour nous humilier chez nous. Ils n’ont jamais eu peur de nous et de notre réaction. C’est le même constat à Bougie et à Tubiret. Durant plusieurs années, les registres de commerces, les locaux commerciaux dans ces villes sont interdits aux Kabyles restés dignes, mais ils sont donnés uniquement à ces Kabyles propagateurs de la langue arabe et des combines du pouvoir arabe d’Alger. Leur acharnement à nous faire disparaître est tout azimut. Le but est toujours de rendre le Kabyle minoritaire où qu’il soit.

    Des morceaux de notre chère Kabylie se retrouvent éparpillés dans divers départements à majorité arabe. Nos frères de Tubiret (Tubiret ville, Ahnif, Aghbalou, Saharidj, M’chedallah, Ath Mansour, El Asnam…) se retrouvent du jour au lendemain cernés de toutes parts par les Arabes qui exercent un racisme et une discrimination des plus féroces sur eux. Le même sort est réservé aussi à nos frères kabyles (Boumerdes ville, les villages surplombant Naciria, Chabet El Ameur…) minorisés et noyés dans le département de Boumerdes à majorité arabe. La ville de Boumerdes qui jadis était à majorité kabyle est subitement devenue arabe. Ces frères subissent aussi un mépris inimaginable de la part des Arabes qui détiennent l’autorité sur eux. Sans oublier aussi nos frères éparpillés dans le département de Bordj bou Arreridj, marginalisés sur leurs propres terres. Un autre charcutage de la Kabylie est en préparation, nos ennemis ne cesseront leurs visées génocidaires du peuple kabyle que lorsque leur but suprême sera atteint : notre anéantissement.

    Pour une arabisation et un asservissement rapides des Kabyles, le BAK préconisait la saturation du territoire kabyle de mosquées et de Zaouias, qui sont à leurs yeux un moyen efficace pour propager l’islamité et sa sœur jumelle l’arabité. La Kabylie s’est retrouvée, avec la bénédiction du pouvoir arabe d’Alger, être à la tête des départements et des régions ayant le plus grand nombre de mosquées de toute l’Algérie. En même temps, des convois de pseudos-enseignants orientaux (Égyptiens, Syriens, Palestiniens…) pullulaient dans les écoles de Kabylie. Ces « enseignants » sortaient directement des écoles coraniques des plus radicales et des plus rétrogrades, ramenant avec eux leurs us et coutumes archaïques et moyenâgeux et ont commencé avec une grande arrogance leur salle besogne de sape de notre identité. Ils avaient une telle haine des Kabyles qu’ils n’hésitaient pas à faire subir de pires châtiments corporels sur les enfants kabyles. Ils vivaient chez nous tout en nous méprisant et tout en profitant de notre passivité et de notre « pacifisme ». Je me souviens bien d’un pseudo enseignant égyptien, qui enseignait l’arabe ou plus exactement d’un tortionnaire arabe, c’était en 1979. Je jouais au foot dans la cour de recréation avec mes copains internes, il est passé à coté et nous a entendu parler en kabyle, pour lui c’était un blasphème qui mérite amplement un châtiment suprême. Le lendemain, c’était l’enfer, il nous a appelé, regroupé et commencé à se défouler sur nous pendant une heure et demie et n’hésitant pas à cracher sa haine et son racisme anti-kabyle et à user de sa ceinture et de son bâton (les Arabes n’enseignent que le bâton à la main !). Il voulait nous interdire de parler kabyle, la langue de ma mère et de mon père, en Kabylie même, chez nous. Cet énergumène profitait aussi de notre tolérance et de notre « pacifisme », il savait qu’il ne risquait rien. Les Arabes d’Égypte, de Syrie, de Palestine, de Jordanie… vivant en Algérie se sentaient beaucoup plus chez eux que nous, ils se comportaient en territoire conquis, ils se sentaient supérieurs à nous puisque nous ne sommes que des colonisés dominés par leurs frères au pouvoir. Leur arrogance était inépuisable.

    Le pouvoir arabe d’Alger utilisait les Kabyles comme de la chair à canon dans des conflits qui ne nous intéressent ni de près ni de loin. Combien de Kabyles sacrifiés en priorité dans les nombreux conflits qui opposent Israël aux Arabes ? Pour le pouvoir arabe d’Alger, c’était bénéfique deux fois : diminuer le nombre de Kabyles en Algérie et combattre en même temps l’ennemi héréditaire de la cause arabe. Sur les 78 prisonniers que les Israéliens ont libéré en 1976, après la ènième raclée qu’Israël n’arrêtait pas de donner aux Arabes, 52 étaient Kabyles, 14 Chaouis (autre chair à canon pour les Arabes). Je vous laisse deviner combien de morts kabyles il y a eu pour une cause qui n’était pas la leur, qui ne l’est toujours pas et ne le sera jamais.

    Les kabyles ont été trompés et sacrifiés pour des ambitions « nationales » (il adore ce mot) d’un zaim d’origine Kabyle,un marabout qui préfére les montagnes helvétes au djurdjura,et qui pour se faire enterrer préférerait la terre marocaine . Ce même zaim, qui quelques années plus tard, a même oublié de parler sa langue, il confond « idudan » et « tifadnin » !! Récemment, pour parler aux Kabyles sur une chaîne de TV kabyle (BRTV), il s’est senti obligé d’utiliser la langue d’Abassi Madani et d’Ali Belhadj, il nous a parlé en arabe. Il n’arrivait pas à faire une seule phrase en kabyle. Il a avoué de lui même, qu’il ne parle pas souvent en kabyle, c’est pour ça qu’il a du mal à s’exprimer maintenant avec cette langue. Par contre, il n’avait aucun problème à nous assommer avec quelques phrases en arabe, c’est à croire que chez lui, on ne parle qu’arabe, et qu’il ne communique avec ces enfants qu’en arabe. Si lui, un homme normalement dont l’âge incite à la maîtrise de toutes les subtilités de sa langue maternelle, a oublié sa propre langue, alors imaginez bien ses enfants, ça sera un miracle s’ils connaissent plus d’un mot en kabyle. A force de concessions, de passivité, de danses de charme pour plaire aux Arabes, il a fini par concéder même sa langue, à l’effacer de sa mémoire. Trop de passivité et de servilité rend mou et indigne.

    Ce zaim pour qui de nombreux Kabyles avaient déjà offert leurs vies et qu’un grand nombre sont toujours prêts à le suivre, comme les moutons suivent le berger, s’est permis d’oublier sa langue et vient nous l’avouer sur un plateau de télé, du jamais vu dans le monde entier. Qu’avons-nous fait pour mériter de tels individus parmi notre peuple ? Je m’arrête là, j’arrête de parler des vivants-morts.

    En 2005, des enseignants et des administratifs kabyles de l’université de Tizi-Ouzou ont décerné le Doctorat Honoris Causa pour son parcours historique mais réellement pour être l’un des premiers Arabes à programmer le génocide du peuple kabyle et berbère, à celui (Ben Bella) qui a ordonné le massacre de ces centaines de leurs frères et qui a offert leurs chairs et leurs cervelles aux chiens. Un homme qui a toujours avoué sa haine de tout ce qui est kabyle, qui nous méprise et qui nous considère comme des sous-humains. Ces enseignants et ces administratifs n’ont pas peur de la réaction du peuple kabyle, ni pour leurs vies ni pour leurs biens, ils peuvent continuer à nous humilier et à nous trahir sans crainte, ils savent que les Kabyles sont pacifistes, tolérants et passifs, ils en profitent pour nous faire du mal. Ils savent qu’ils ne risquent rien. La lâcheté vient juste après un excès de tolérance et de passivité.

    Le MAK a le mérite de mettre fin à l’errance de nos revendications, pour la première fois de notre histoire, le projet exprimé par ce mouvement est claire et bien identifié. Pour une fois, les Kabyles sauront pourquoi ils se battront. Le projet est fondamentalement fait dans l’intérêt du peuple kabyle et uniquement pour lui, sans complexe et sans complaisance. Le projet d’autonomie de notre région et de notre peuple est très cohérent, nul peuple n’a besoin de la tutelle d’un autre peuple pour gérer ses affaires. Le peuple kabyle n’a pas le droit de laisser l’avenir de ses enfants entre les mains de ceux qui n’ont que haine et mépris envers nous. Le peuple kabyle n’a pas le droit de laisser ses filles momifiées et transformées en ombres par cette culture rétrograde de ce peuple qui nous opprime. N’oublions pas, l’avenir de l’Algérie sera l’Afghanistan d’aujourd’hui, la régression, le retour à la sauvagerie et au Moyen-âge sont intrinsèquement ancrés dans l’âme arabo-musulmane. Sauvons au moins nos enfants de ce destin tragique des sociétés arabo-musulmanes.

    • Tanemmirt, a Win-Yecfan, (prononcer yechfan), ula d nekk cfigh , a gma. Ayen akk id-tennid je l’ai lu et je l’ai bien compris.

      Je comprends ta frustration, c’est la mienne aussi, c’est la notre a tous.

      Un jour, si Dieu le veut les choses vont changer, qui aurait pensé qu’un jour Saddam serait pendu comme un chien par les Kurdes qu’il aimait bien gazer?

      Qui aurait cru qu’un jour, le bédouin pédophile et obsédé sexuel serait lynché comme un chien qui a la rage?

      Qui aurait cru que l’union soviétique s’écroulerait comme un château de cartes?

      Qui aurait cru que le mur de Berlin serait détruit avec des marteaux et des pioches par les Allemands des cotés?

      Qui aurait imaginé que 20 avril arriverait? Et pourtant il est arrivé, les Kabyles se sont réveillés, le combat clandestin est devenu le combat des masses.

    • A cette contribution reflétant notre calvaire ,il ne manquait que la tenace volonté de l’ Arabe de clochardiser notre environnement qui était jadis tant loué par ses propriétaires et les étrangers qui l’avaient fréquenté . Le fait de connaître ses maux et leur auteur peut certainement nourrir un optimisme d’émancipation à condition toutefois de pouvoir juguler le travail de sape de notre identité exercé par Nos kabyles renégats vendus au colon du moment .

    • Azul fellak a yeggma,
      je suis rassurée et heureuse de voir des gens qui ont encore la tête sur les épaules. Comme toi j’ai bien conscience de notre situation mais il est difficile d’ouvrir les esprits de beaucoup de kabyles qui se cachent la réalité. Je me dis souvent que si seulement tous les kabyles étaient aussi vigilants, aussi alertes, aussi réactifs, aussi conscients de leur Histoire que nos anciens, aucun arabe n’approcherait plus de la Kabylie.

      Nos anciens ont su se défendre pendants des millénaires, à notre tour de prendre le relais. J’ai parfois honte de faire partie de cette génération qui laisse tomber la Kabylie. Elle vaut tellement plus!
      Je fais tout ce que je peux dans mon petit coin, mais c’est si peu!
      J’ai envie de crier: Putain unissons nous pour sauver notre magnifique région et notre culture universelle.
      ar tufath

    • AZUL Dhahmayen,

      J’ai lu votre intervention qui ne manque pas de transcender entre la vérité de l’histoire de la Kabylie que nous aimons plus dans nos coeurs et dans notre raison. Je ne m’élève pas dans le tarissement des idées resourcées tant de fois dans cette boucle qui se refait et se défait quand il s’agit de parler de kabyle et de Kbaylie. Consternation sur consternation la communauté KABYLE évoluée en peuple Kabyle reste tout de même dans le questionnement salvateur de qui fait quoi à cette Kabylie meurtrie d’abord par l’opération jumelle ensuite par ses enfants qui tentent de faire de politique mais pas n’importe quelle politique; celle de l’autruche. Les Kabyles ne sont pas tombés du ciel puisqu’ils habitent un territoire et communiquent dans une langue, mais les Kabyles brassent d’autres cultures des arrivants dominants qui conditionnent les accès que par des lois rebarbatives et exclusives. Le sillonnement dans le marchandage ne préconise que la soumission et le rabaissement d’hommes en sous hommes comme dans le harem et les espaces immoraux.

      Le Kabyle mutant ne trahit pas ses maitres, il les accepte pendant que lui n’est pas accepté en tant qu’individu sociabilisé pour la circonstance sinon intégré en tant qu’esclave soumis aux règles de l’esclavagisme d’abord et à la trahison ensuite.

      Cher Monsieur, qui de nous n’a pas été insulté rabaisser par la simple raison d’être Kabyle même s’il a permuté de Kabyle kabylophone en kabyle arabophone, justement, ni l’un ni l’autre ne le soustrait du déraisonnement de ses bourreaux .

      Les Kabyles ont tout fait pour intégrer le nationalisme qui les rejettent au nom des dogmes, et des considérations purement idéologiques refractaires et racistes. La défragmentation de la société Kabyle est faite par des Kabyles eux-mêmes, les uns ont rejoint la France durant la guerre de libération d’autres ont rejoint l’Algérie Baathiste à l’indépendance, le reste n’est pas pris en charge mais resiste tant bien que mal comme nous le faisons aujourd’hui.

      Les Kabyles , les chefs de guerres ont fait de la Kabylie un lac de sang des hommes juste à la fleur d’âge sont tombés au combat perdu le jour ou il a été déclenché, le jour ou le manifeste a été rédigé à Ighil Imoula, le jour ou le Kabyle jure par l’honneur d’arracher l’Algérie aux Français et la donner inconsciemment à leurs bourreaux. Les Chefs Militaires et civiles étaient pour la plus part des Kabyles mais n’ont pas eu cette intelligence de penser aux derniers moments de la victoire, c’est la justement que se joue l’intelligence raffinée et la ruse, comme au marathon tous les coureurs courent mais les derniers instants voire les dernières nano secondes qui comptent plus que les heures de courses; c’est à ce stade que les Chefs Kabyles ont perdu la bataille finale, ils se sont retourné bredouille dans leurs maisons comme avant 1954, le sang, les larmes de nos mères expriment le désarroi d’une société qui ne sait se prendre en charge que de donner le meilleure de ses enfants aux buchers pour que vivent les autres sur leurs cadavres.

      Le jeu est fait,l’histoire nous a ouvert les yeux apres tant d’années de tristesse, de mélancolie et surtout d’impuissance en tant qu’orphelins de guerre de voir nos pères disparus à jamais de nos yeux pour que Ferhat Mehheni , Mokrane Ait Larbi soient mis en prison parce qu’ils traduisent la déchéance kabyle dans la poésie et dans la lutte les mains vides.

      J’aime bien Ferhat, il est le precurseur à l’image des grands hommes de ce monde ensevelis par des dictateurs et dictatrices, mais le but est long même trés long à réaliser tant que les Kabyles se croisent le fer au nom de la soummission.

      Vous parlez de l’autonomie, je suis pour l’autonomie, d’ailleurs l’autonomie dit ceci en langue française » Se dit de quelqu’un qui a une certaine indépendance, qui est capable d’agir sans avoir recours à autrui ».

      EST IL NORMAL D’ACCEPTER D’AIMER CE QUE VOUS N’AIMEZ PAS? LES KABYLES N’AIMENT PAS MAIS ILS ACCEPTENT, DONC C’EST ANORMAL;

      Capitaine Renard allait de compagnie
      Avec son ami Bouc des plus haut encornés.
      Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ;
      L’autre était passé maître en fait de tromperie.
      La soif les obligea de descendre en un puits.
      Là chacun d’eux se désaltère.
      Après qu’abondamment tous deux en eurent pris,
      Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous, compère ?
      Ce n’est pas tout de boire, il faut sortir d’ici.
      Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi :
      Mets-les contre le mur. Le long de ton échine
      Je grimperai premièrement ;
      Puis sur tes cornes m’élevant,
      A l’aide de cette machine,
      De ce lieu-ci je sortirai,
      Après quoi je t’en tirerai.
      — Par ma barbe, dit l’autre, il est bon ; et je loue
      Les gens bien sensés comme toi.
      Je n’aurais jamais, quant à moi,
      Trouvé ce secret, je l’avoue.
      Le Renard sort du puits, laisse son compagnon,
      Et vous lui fait un beau sermon
      Pour l’exhorter à patience.
      Si le ciel t’eût, dit-il, donné par excellence
      Autant de jugement que de barbe au menton,
      Tu n’aurais pas, à la légère,
      Descendu dans ce puits. Or, adieu, j’en suis hors.
      Tâche de t’en tirer, et fais tous tes efforts :
      Car pour moi, j’ai certaine affaire
      Qui ne me permet pas d’arrêter en chemin.
      En toute chose il faut considérer la fin.

    • Vous faites cadeau gratuit et je me demande pourquoi, a ce regime – a travers votre amalgame – L’essentiel est la biensur, vous l’avez receuilli de quelque part, mais vous y improvisez !

      « la migration des gens de Djelfa, Msila, Sétif (coté arabe), Souk Ahras, Guelma vers la Kabylie … » – Il faut les Kabyliser !!!!

      J’ai personnellement au milieu des annees 70, en 1975 exactement, alors que j’etais adolescent rencontre’ et passe’ une semaine a chaque fois, dans des familles, autochtones aussi bien de Jelfa que Souk-Ahras, qui n’avaient rien de commun avec l’arabisme, ni dans leur parler, croyance ou mode de vie du tout. Ceci est vrai et je vous dis comment. Ce qui confirme le poison de la migration interieur, pire que l’exile a l’etranger.

      J’ai eu donc a voyager a partir d’Alger avec 2 camarades de classe et voisins en Kabylie et au villages natals de leurs parents a Jelfa et un village aux abords de souk ahras. Leurs parents tout comme les miens avaient emmigre’s de leurs regions respectives vers Alger.

      – Mes parents retournais en Kabylie regulierement, et a coup les enfants et la mere y passaient l’ete’ alors que mon pere devenait un migrant-hebdomadaire – Ce qui n’etait pas le cas des 2 autres !

      – Durant l’ete’, les 2 autres frequentais les camps de l’UNJA et le Scout algerien – c.a.d. des camps d’abrutissement accelere’. Les 2 fois cite’es, c’etait donc juste avant que leurs camps commence, vers la mi-juin.

      Cela va certainement vous etonner, mais labas au pays, que ce soit a Jelfa ou a Souk-Ahras, c’etait eux qui souffraient d’incomprehension et pas moi, qui servait d’interprete. Ce n’etait pas du Kabyle qu’ils parlaient mais tres tres proche. Je captais 90% des mots et vis versa.

      Je me souviens des 1ers mots difficiles pour eux mais pas moi : donnez-moi »A3tini afkiyi, aghroum et khobz, Seksou – T3am … etc. tout un lexique qui n’avait pas le moindre son de commun avec ce que mes potes utilisaient, et qui etaient du courant pour moi, malgre les different des tonalite’s, du T aigu en Kabyle et grave a Jelfa, par example.

      Une autre difference majeure, entre mes 2 potes et moi: Leurs parents protegeaient leur travail par association au differents nouveaux religieux au sein des bureaux fln de quartier. Les Kabyles qui guardaient contact avec le pays, en majorite’, n’aimaient pas l’a-genoux, les prieres, etc. les autres etaient prets a l’applat-ventre. Voila donc le premier compromis de pas mal de Kabyles Algerois.

      Apres que les parents se soient mis a genoux, ils se mirent a l’arabe pour guarder leurs jobs. Et biensur, preparaient leurs enfants. Les parents de mes 2 potes, leur faisaient apprendre par-coeur le coran, et la compromission.

      Pour complement – La derniere est que mes 2 anciens potes n’ont aucune notion d’Amazigh, mais post la decennie islamo-sanglante, les 2 inscrivent leurs enfants dans l’apprentissage de la langue, et les fontfrequenter les enfants de Kabyles.

      Voia aussi, pourquoi l’adhesion et la mise sur pieds de l’ Etat Kabyle a toujours ete une urgence pour moi. La gestion de l’administration et ecoles Kabyles en Kabyle n’est plus une urgeance mais un retard.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici