La region d’Akfadou couverte d’un manteau blanc

8
Akfadou
Akfadou

AKFADOU (Tamurt) – Un froid mordant pince les plus téméraires osant sortir hors de leurs maisons. Afin de dégager l’énorme couche de neige qui s’est entassée durant la nuit du lundi à mardi, les autorités locales n’ont pas trouvé mieux que d’utiliser le rétro-chargeur disponible dans leur parc automobile, comme se sont joints aussi à l’opération de déneigement certains propriétaires de ce type d’engin.

Les chasse-neige étaient aussi de la partie sillonnant dès les premières heures de la journée les principales artères, dont la circulation autoroutière est réduite qu’aux seuls véhicules de type 4×4.

Situés sur les hauteurs de l’Akfadou, nombreux sont les villages qui sont souvent confrontés aux aléas climatiques, notamment en période hivernale, où dame nature arbore un tissu blanc qui ne fait pas que des heureux. De crainte de voir le scénario catastrophique de 2012 se réitérer, toute la région était réduite à l’enclavement total suite aux chutes de neige record, les villageois ont pris leurs précautions pour se prémunir contre d’éventuelles disettes de denrées alimentaires.

C’est dans ce contexte qu’elles se sont rabattues sur tout ce qui se trouve sur les étals des épiceries : pâtes alimentaires, légumes secs, semoule…le calvaire qu’a vécu la population locale en hiver 2012 est ancré dans les esprits, car l’énergie électrique s’est fait désirer après plus de trois jours, et où la bouteille de gaz butane est cédée à plus de 1000 dinars. C’est le scénario que redoute le plus les ménages, ne sachant à quel saint se vouer dans de pareil cas. Les bonbonnes de gaz ont eu elles aussi leur ruée, car la municipalité ne dispose pas de gaz de ville. La nécessité d’être raccordé à cette énergie est une condition sine qua non pour alléger les affres d’une population locale en détresse.

Amnay

8 COMMENTAIRES

  1. toute la région?, la kabylie n´est pas une région (la politique régionaliste du fln et sa tete boumadien qui est due aux particularisme kabyle) mais un pays sans Ètat qui se trouve sous l´emprise de l´hiver, ce spectacle de la nature n´est pas phénomène nouveau(Jerjer) et cea durté varié d´une année à une autre et parfois cea neige pas , tout de meme depuis toujours quand la nature pète fortement les gens font face avec les moyen qu´ils ont, on attendant que l´hiver disparaisse et laisse place aux autres saisons qui reste sur les 365 jours de l´année. L´état algerien et son régime ne jous aucun role dans ce genre de circonstance mais parcontre quand il sagit de construire les mosqués et les casernes pour polué, lá rien a dire s´est leur unique savoir faire en pays kabyle!

    Puisque les 4×4 roule sans difficulté sur la neige alors dans le cadre de la création de l´Ètat chaque citoyen aura le droit à une, à condition de présenter le permis de condiure de l´Ètat kabyle!

    • Alors lá, tes propositions resemblent etrangement á celle du fis en 91, quand ils vendaient la patates á un prix symbolique, et proposaient aux femmes de rester á la maison la pension garentis, etc.
      N essayez pas de bluffer les gens, on est deja usés.
      Bonne annee quand meme.

      • Bravo à Mhand ; pourquoi ce titre « toute la région » et avec ça on veut créer un Etat kabyle donc un territoire donc un pays . Merci aux responsables du site de rectifier .

      • Il faut se mettre en survetement et basquette, comme fait Rocky dans ses filmes, il fait du footing en plein nature sur neige et puis quant il se met dans le Ring de box, telement bien douer dans le froid il laisse aucune chance pour son adversaire et gagne toujour la partie par chaos!

  2. Jai toujour deteste l arrivee de l hivers au village, c est le froid glacial, les coupure tres frequente d electricite qui gâche de voir le satelire, on prend une journee voir deux jours pour la reparer, je parle pas des tempete de neige lá on parle de deux semaines ou 3.
    Ramasser le bois n existe pas, les chauffages electrique c est cher l electricité, le mazoute ça brule vite.
    Dieu merci , j ai fuis cette horreur, je suis au chaud á … l’etranger .

    • Des solutions existent mais pour les mettre en application dans les moindres recoins de la Kabylie, seul un état kabyle peut se permettre. Ce ne sont pas nos ennemis d’hier et d’aujourd’hui qui font tout pour nous priver et nous affamer de tout qui le feront.
      C’est pour cela que nous devons ne pas faire d’erreur dans la stratégie à avoir.

      A quand une vraie politique énergique et énergétique qui respecte la nature?
      Dès maintenant les décideurs doivent s’inscrire dans l’après gaz et pétrole.

      Le soleil , la mer (et sources chaudes ), l’air et la terre nous offrent ce qu’il faut pour produire ce qu’il nous faut pour peu de que l’on ait une politque et une vision responsables . Les énergies solaires , (vent) éloliennes,biomasse ,sources chaudes,éléctriques, pour ne citer que celles-ci sont inépuisables.
      Voilà ce à quoi les kabyles devraient s’interresser pour en finir avec les dépendances énergétiques .
      Au lieu de dégager des assiettes de terrains pour enfouir des déchets de toute nature y compris les toxiques qui vont polluer les sources néphratiques et dégrader l’onvironnent avec toutes les maladies que cela peut générer en plus d’avilir le payasage de nos montagnes déjà masacrées ,il searait plus juste et responsable de penser à s’inscrire maintenant à la protection de l’environnement et d’avoir une stratégie d’indépendance énergétique pour ne pas dépendre de x ou y.C’est pour cela qu’il faut tout faire en attendant un état kabyle d’éviter de massacrer des endroits avec des solutions qui ne le sont pas comme l’enfouissemnt des déchets.C’est l’équivalent d’une bombe à retardement pour les générétion futures vu le potentiel de développement de la population .En cela, je ne comprends pas pourquoi le maire de Tinevdar veut le financement d’un lieu de déchets au lieu de miser sur une vraie solution durable et plus saine pour l’incinération des déchets qui pourront produire du gaz par la biomasse et de l’élécticité pour alimenter en chauffage et eaux chaudes des foyers de villageois dont ils amortiront les frais d’investissements qui dans ce cas sera pris en charge par l’état et de plus créera une plus value pour la commune en générerant du travail et des rentrées d’argent. Plus besoin de gaz de hassi Messaoued.
      Les usines d’incinération de déchets et les panneaux solaires doivent être une prioroité pour la kabylie .
      TOUS SAVOIR SUR LA BIOMASSE
      http://www.mtaterre.fr/dossier-mois/chap/845/Comment-exploiter-l-energie-de-la-biomasse
      Il est possible de produire de la chaleur à partir de nos déchets en les brûlant. Cette technique s’appelle l’incinération. Si l’incinérateur est à cogénération, on peut produire, à partir des déchets, de la chaleur et/ou de l’électricité.

      Centre d’incinération avec valorisation énergétique des déchets ménagers à Ivry-Paris XIII.
      Ainsi, cette technique est intéressante d’un point de vue environnemental sous plusieurs angles :
      – elle permet de tirer le meilleur parti du contenu énergétique des déchets en produisant de la chaleur susceptible d’alimenter un réseau de chaleur urbain et/ou d’être transformée en électricité – elle permet de diminuer fortement le volume des déchets (90 % de réduction environ) et leur masse (70 % environ).
      – elle émet moins de gaz à effet de serre que le stockage, qui a inévitablement des fuites de méthane (CH4) (puissant gaz à effet de serre) issu de la dégradation des déchets organiques sans oxygène.
      En 2008, en France, environ 28 % du volume des déchets ménagers était orienté vers l’incinération, parmi lesquels 97 % dont on exploitait la chaleur produite.
      Il y a aujourd’hui 112 usines d’incinération avec cogénération de tailles variées (25 usines traitent environ la moitié de la quantité de déchets incinérés en France). Elles produisent environ 2 fois plus de chaleur (6 600 GWh) (giga Wattheure) que d’électricité (3 500 GWh).
      La production de biogaz par méthanisation
      La méthanisation est le processus de fermentation de la matière organique végétale ou animale dans un milieu dépourvu d’oxygène (anaérobie).
      Cette réaction produit du biogaz, composé de méthane (CH4) (entre 50 % à 70 %) et de dioxyde de carbone (CO2). Ces deux gaz étant inflammables, il suffit donc de brûler le biogaz pour produire de la chaleur et/ou de l’électricité.
      Bonne année à tous …
      Nayer amgaz irkwel !
      moh,leg tbn..

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici