Le 5 octobre, une date vite oubliée

3

BOUGIE (Tamurt) – Les émeutes du 5  octobre 1988, qui ont imposé un semblant d’ouverture vers la démocratie, ont été occultées et par le pouvoir et par la société civile.

Hormis une commémoration symbolique, genre tape à l’œil, de quelques formations politiques et associations de quartier, rien ne reste de cette ouverture laquelle a été, en fin de compte, de courte durée. Le pouvoir d’Alger redouble de férocité envers les citoyens plus particulièrement ceux qui s’opposent  à sa stratégie et à ses options politiques dont celle de maintenir le régime actuel en l’état, à savoir les kabyles.

Il n y a plus aucun espoir de voir une transition pour parvenir à une réelle démocratie dans ce pays que continue de gérer de main de maître le frère cadet du président aidé par un staff choisi dans un entourage restreint.

 La banderole accrochée par les habitants du quartier CNS de la ville de Bougie, quartier qui a perdu beaucoup de jeunes manifestants lors de ces événements sanglants, résume la situation actuelle.

Le 5 octobre 1988 était un jour de révolution et le 5 octobre 2015, soit 27 années plus tard, est devenu le jour de soumission.

 Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici