Amara Benyounès ignoré à Tichy

9
Amara Benyounès ignoré à Tichy
Amara Benyounès ignoré à Tichy

TICHY (Tamurt) – Le lancement, vendredi à Tichy (Bougie), des travaux de  l’université d’été du Mouvement populaire algérien (MPA) d’Amara Benyounès, a été vécu comme un non événement et dans l’indifférence totale des habitants de cette ville balnéaire et ses environs.

Hormis une banderole brandie  à l’entré de l’hôtel Maya où s’est déroulé l’événement et la présence de quelques agents organisateurs devant le portail, rien n’indiquait que cette ville devait recevoir un homme politique kabyle. Et malgré l’indifférence totale affichée par les citoyens, les organisateurs, conscient de la sensibilité des Kabyles à ce genre d’agent de la machine politique algérienne, se sont montrés très prudents et vigilants pour éviter des réactions revanchardes.

La visite de cet agent du pouvoir central était digne des déplacements officiels. A son entré dans la salle des congrès, il a été accueilli en héros par ses pseudo-militants, avec des champs, des fanfares et de l’hymne national algérien. Il fallait bien chauffer à blanc pour faire passer la pilule à savoir justifier son dégommage par le pouvoir de son poste de ministre du Commerce, tout en confirmant sans soutien « inconditionnel » à Bouteflika,

 L’animateur de l’événement n’a cessé d’interpeller, à plusieurs fois, les invités à faire gaffe et de prendre soins de l’emplacement de leurs voitures en ville, de peur d’enregistrer d’éventuelle réaction citoyenne. « Attention, c’est la journée de la prière. Les gens pourraient facilement réagir s’ils se rendent compte que nous faisons de la politique en ce jour de prière », a insisté l’animateur à l’adresse des invités. 

En réalité, la rumeur qui courait faisant état de l’intention des habitants de la région de barrer la route à Amara Benyounès et de lui interdire l’accès à  l’hôtel.  Dés son entrée, des « Tahia El-Djazair » « Vive l’Algérie »  et des applaudissements fusaient de tous les coins de la salle relativement comble. Après avoir écouté l’hymne national algérien, le SG du MPA à pris la parole pour s’exprimer pour la première fois depuis près son limogeage – il y a de deux mois – sur son « étrange » limogeage.

 Il a en effet tenté d’émettre son souhait de réintégrer le sérail politique, annonçant de prime abord son soutien « inconditionnel » à la politique de  Bouteflika. 

De Tichy, Hakim Tazrourt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici