Le ministre de la communication algérien avoue avoir négocié avec des journalistes de Tizi-Ouzou

7

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La polémique créée dernièrement par certains journalistes et pigistes de Tizi-Ouzou relative au nom donné à la maison de la presse de Tizi-Ouzou « Aït Oudia » n’est en fin de compte qu’une tempête dans un verre d’eau.

Une poignée de journalistes s’est, soit disant emportée,  contre le ministre de l’information Hamid Grine pour ce choix unilatéral. Mais à la grande surprise, le ministre a annoncé à la presse aujourd’hui que l’affaire était négociée et la décision acceptée par ces mêmes journalistes frondeurs. Une nouvelle qui a choqué une bonne partie des journalistes de Tizi-Ouzou.

Le ministre a avoué qu’il avait négocié avec certains journalistes en secret et l’affaire est close. Il reste Ce sont que des indicateurs de la police et de la gendarmerie, des traites de la profession », résume un ancien journaliste de Tizi-Ouzou. « Heureusement que des journalistes honnêtes et intègres existent encore. En général se sont les plus compétents que la majorité tient à l’écart pour laisser place aux opportunistes qui s’agitent dans tous les sens comme ces journalistes qui ont négocié avec le ministre à l’insu de tous leurs confrères et collègues», conclue notre interlocuteur.

Lounès B,

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici