Le pouvoir veut anéantir la presse francophone en Algérie

14

ALGERIE (Tamurt) – C’est le début de la fin de la presse francophone en Algérie. Le pouvoir veut en finir en fois pour toute avec cette langue. Les journaux francophones sont ciblés par un plan d’éradication. En plus de l’encouragement de titres arabophones, les journaux francophones sont asphyxiés financièrement.

Même les titres francophones les plus proches du régime ne sont pas épargnés. Dernièrement, le patron du journal El Watan, Belhouchet, a tiré la sonnette d’alarme. En plus de la réduction de la publicité, les patrons de journaux font face à des pressions du fisc et des imprimeries étatiques. L’augmentation des prix de journaux qui est passé de 10 à 20 dinars est loin de suffire pour les journaux francophones.

Les journalistes francophones ont fini par comprendre que la langue de Molière est visée par un plan du régime. Par contre, les titres arabophones jouissent des avantages qui ne laissent aucun doute quant à la volonté du régime de faire substituer la langue arabe au français dans le paysage médiatique. Même en Kabylie, les journaux Enahar et Echourouk sont mieux vendus que les titres francophones. Ils sont mieux distribués bien évidemment. Même pour les télévisions privées, les programmes en langues françaises se rétrécissent comme la peau de chagrin.

Nassim N.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici