L’exploitation illégale du sable continue à Tizi-Ouzou

4
sable

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Les déclarations du wali de Tizi-Ouzou le mois passé de mettre fin à l’exploitation illégale du sable tout au long de la rivière Assif N’Sébaou ne sont que des paroles en air comme d’habitude. Les sablières de Hanachi, Heddad, Moh El Qom, pour ne citer que ceux-là, continuent à extraire au quotidien d’importante quantité de sable sans jamais être inquiétées.

Le Wali de Tizi-Ouzou n’a rien fait. Il sait bien qu’il ne peut rien faire devant une mafia du sable aux bras longs. Très long même. L’exploitation illégale  des richesses naturelles de la Kabyle se fait au vu et au su de tout le monde.  Des écologistes et des défenseurs de dame nature ont tiré à maintes reprises la sonnette d’alarme sur ce trafic à Tizi-Ouzou et dans d’autres régions de la Kabylie, mais les autorités algériennes font toujours la sourde oreille.

Ce n’est pas la première fois qu’un wali déclare vouloir mettre fin à ce trafic à grande échelle, mais c’est toujours la même chanson. Les élus du RCD et du FFS gardent aussi un silence étrange concernant ce dossier très sensible.  Le trafic du sable demeure un sujet tabou. De hauts gradés de l’armée, des nababs Kabyles et même des groupes terroristes tirent des intérêts colossaux dans le trafic du sable. Les citoyens Kabyles sont interdits de toucher à ce sable. Certains pères de famille croupissent même derrière les barreaux rien que pour avoir extrait des petites quantités de sable.

Les gendarmes ferment les yeux sur les pratiques  de patrons de sablières et les autres nababs mènent une guerre sans merci aux villageois kabyles.  L’injustice et de taille et elle perdure depuis plus de.25 ans.

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici