Octobre 88 est de retour à Rouiba

1
Octobre 88 est de retour à Rouiba
Octobre 88 est de retour à Rouiba
ALGER (Tamurt) – Inquiets pour l’avenir de leur entreprise ciblée par une probable privatisation, les travailleurs de la SNVI de Rouïba ont saisi l’occasion du retard de payement de leur salaire du mois de novembre pour descendre dans la rue, ce mardi 1er décembre.  Les forces de l’ordre ont intervenu et des émeutes ont éclaté conduisant à l’arrestation d’une vingtaine de protestataires.   
 
Ayant bloqué la route menant de Rouïba à Alger, les policiers antiémeutes ont débarqué illico presto pour charger les contestataires. Or ces derniers étaient au bord de l’explosion depuis que la loi des finances de 2016 a été débattu par l’assemblé populaire nationale, session durant laquelle des échauffourées ont eu lieu entre els députes, les pro-gouvernementaux et les anti-Sellal. Ils revendiquent la suppression de l’article 66 de la loi de finance 2016. Un article qui stipule que toutes entreprises publiques qui réalisent des opérations de partenariat doivent ouvrir leur capital à l’actionnariat national résidant.  
 
Ils soupçonnent, à travers cette loi, le vœu du gouvernement de Sellal d’avoir opté pour la privatisation de cette grande entreprise qui emploie plusieurs centaines de travailleurs.
Est-ce le début du printemps algérien ? Il est utile de rappeler que les événements d’octobre 1988 ont pris leur départ à partir de la zone industrielle de Rouïba où les travailleurs de cette même entreprise ont battu le pavé avant que la révolte n’embrase toute les wilayas d’Algérie.  
 
Amaynut
 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici