Le pouvoir algérien a tardé à réagir au décès d’Aït Ahmed

2
Gouvernement algerien 2014
Gouvernement algerien 2014

ALGERIE (Tamurt) – Un tollé général a été soulevé sur les réseaux sociaux suite au décès de Hocine Aït Ahmed. 24 heures après l’annonce de la triste nouvelle par le FFS, les décideurs algériens n’avaient soufflé aucun mot.

Personne n’a présenté les doléances officiellement. Aucun mot. Des milliers de personnes ont dénoncé cette attitude sur les réseaux sociaux.  Une première en Algérie suite au décès d’un chef historique. Il fallait attendre plus de 24 heures pour voir cette après-midi un communiqué de la présidence algérienne signé par Bouteflika décrètant un deuil national de 8 jours. Mais pourquoi on a attendu tout ce temps alors que l’information a fait le tour du monde  ?

Même des personnalités marocaines et tunisiennes ont réagi,  mais aucun mot en Algérie.  Selon un député du FFS, le pouvoir algérien avait peur de voir Aït Ahmed enterré au Maroc. D’autres affirment que les militaires algériens, plus particulièrement des généraux à la retraite, ont tout fait pour zapper le décès de cet homme de grande valeur. La haine des militaires algériens envers Aït Ahmed est viscérale. Depuis 1962 la presse algérienne, aux ordres, le dénigre.

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici