Les supporters oranais refusent d’observer une minute de silence à la mémoire d’Aït Ahmed

21
Les supporters oranais refusent d’observer une minute de silence à la mémoire d’Aït Ahmed
Les supporters oranais refusent d’observer une minute de silence à la mémoire d’Aït Ahmed

ORAN (Tamurt) – Non seulement les algériens n’ont pas rendu hommage à Hocine Aït Ahmed, mais encore certains continuent à l’insulter même après sa mort. Hier, à l’occasion des rencontres footballistiques de la première et de la deuxième ligue. Une minute de silence devait être observée  avant le début de toutes les rencontres. Au stade Ahmed Zabana à Oran,  les supporters du club de cette ville de l’Ouest algérien ont refusé d’observer cette minute de silence.

Certains ont même sifflé au moment où les joueurs et l’arbitre ont observé la minute de silence à la mémoire de Hocine Aït Ahmed, selon des Kabyles établis à Oran et qui étaient présents au stade. Ce n’est guère étonnant de la part des algériens qui considèrent toujours  l’ensemble des Kabyles leurs ennemis potentiels.

Cet incident n’a été rapporté par aucun organe de presse. Ce sont les Kabyles indignés qui ont partagé cette information. « C’est en criant « Falastine chouhada » que les supporters du MCO ont signifié leur désaccord à la minute de silence sensée saluer la mémoire de Hocine Ait-Ahmed hier à Oran…Le MCO affrontait la JSK », lit-on sur un mur d’un intellectuel kabyle.

Par ailleurs, ce que ces Oranais ignorent, c’est qu’Aït Ahmed avait organisé en 1949 l’attaque de la grande poste d’Oran pour subtiliser de l’argent aux Français et acheter des armes pour la révolution. Ce n’est guère étonnant alors de voir des Oranais, qui ne cessaient pas de se demander de ce qui se passait au pays des Kabyles durant la guerre 1954-1962. Les Oranais ne savaient même pas qu’il  y en une guerre pour libérer leur Algérie. Ce qu’ignore aussi une bonne partie des Oranais, c’est que même le leader Palestinien, Yasser Arafat, agissait souvent sous les conseils de son meilleur ami…..Hocine Aït Ahmed.

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici