Alger a dépêché un ministre à Bougie pour perturber la marche de Yennayer

0
marche à Bgayet DR Tamurt
marche à Bgayet DR Tamurt

BOUGIE (Tamurt) – Il y avait du monde en cette matinée du mardi 12 janvier 2016 correspondant au premier jour de l’an amazigh. Yennayer a été célébré comme il se doit dans la wilaya de Bougie. En dehors des festivités organisées, ça et là, il y avait cette grande marche des militants du MAK. Des centaines de jeunes ont sillonné les artères de Bougie à partir de l’université Abderrahmane Mira jusqu’à la stèle Saïd Mekbel, cette placette, désormais, synonyme de la liberté de la presse à Bougie.

Kabylie indépendante, Bonne année la Kabylie ou encore pouvoir assassin, étaient les slogans scandés, tout au long de la marche, par les militants et les sympathisants de l’autodétermination de la Kabylie. En arrivant à la placette Saïd Mekbel qui venait d’être le théâtre d’un meeting organisé par Khaled Tazaghart, ce député, dissident du FFS et porte-parole du forum socialiste, et nouveau allié du parti de l’avenir, les militants du MAK ont écouté attentivement le secrétaire général du MAK, Farid Djennadi.

L’orateur commencera son intervention par une mise au point à l’avant-projet de la nouvelle constitution en déclarant que l’état algérianiste ne veut en aucun cas officialiser la langue tamazight, sinon il n’aurait pas rajouté un article Bis pour cela. Il suffisait qu’il l’inclue dans le même article que la langue arabe. Il parlera également du militant mozabite Fekhar qui doit être libéré.

De son côté, un responsable du bureau régional de Bougie, interviendra pour rappeler à l’assistance que la constitutionnalisation de tamazight n’est pas une fin en soi. La jeunesse kabyle est, pour celui-ci, déterminée à construire un état kabyle quelles que soient les décisions du pouvoir d’Alger.

Outre le MAK, il y avait des manifestations culturelles et politiques organisées par le mouvement associatif local pour commémorer ce nouvel an 2966 de l’ère amazighe.

Le pouvoir algérianiste d’Alger n’a pas trouvé » mieux pour perturber la situation que d’envoyer l’un de ses  ministres, celui de la communication, en mission à Bougie pour inaugurer le siège de la radio Soummam.

D’ailleurs pour faire dans la provocation, la délégation, invitée à attendre le ministre, Hamid Grine, ministre de la communication en visite pour deux jours dans la région,a été forcée à aller à l’aéroport, une demi-heure avant l’heure prévue.il semblerait, selon quelques informations parvenues, que la marche du MAK avait forcé le pouvoir public à dégager les voitures du cortège du parc de la wilaya, afin d’éviter qu’elles soient brûlées par les marcheurs du MAK. Mais depuis quand les militants du MAK saccagent-ils tout sur leur passage ?

L’état algérien est capable de tout manigancer pour parvenir à son but.

Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici