Yennayer fêté dans le folklore par la mairie de Paris

5
Yennayer fêté dans le folklore par la mairie de Paris
Yennayer fêté dans le folklore par la mairie de Paris

PARIS (Tamurt) – La célébration du premier jour de l’an amazigh hier soir à Paris, a été saluée par les Amazighs, surtout que cette fête est bannie par les États en place en Afrique du Nord, pays des Amazighs.

La fête a eu lieu, en effet, à l’hotel de ville de Paris en présence d’une assistance nombreuse, mais aussi du maire de Paris et de nombreuses personnalités du monde politique et culturel. L’ambiance et la convivialité étaient au rendez-vous.

Toutefois, la plupart des Kabyles qui ont été conviés à la soirée de Yennayer à Paris sont restés sur leur faim. Ils regrettent particulièrement que Yennayer est célébré dans le folklorisme et la globalisation. «  On s’attendait au moins à ce qu’on fasse un petit hommage au peuple kabyle et Mozabite, qui est sous les griffes du régime raciste d’Alger.

Pourtant c’était aussi une occasion de faire au moins un clin d’œil  aux militants de la cause amazighe », nous fera remarquer un militant du MAK qui a assisté à la cérémonie.  Son avis est partagé par une bonne partie de personnes présentent hier soir à la mairie de Paris. « On est content que Yennayer soit célébré officiellement à Paris, mais on ne peut pas aussi oublier les Amazighs et surtout les Kabyles qui militent depuis des décennies tous seuls sur le terrain. On ne doit à aucun moment les oublier », estime une autre militante. Cette dernière fera même remarquer que c’est de cette manière que les autorités algériennes célèbrent Yennayer : dans le folklore pour oublier et bannir l’essentiel. «  On espère que l’année prochaine ça sera autre chose », espère notre interlocutrice.

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici