Affaire des logements des journalistes de Tizi-Wezzu : Un chef de daira et deux émigrés sur la liste

2
Affaire des logements des journalistes de Tizi-Wezzu : Un chef de daira et deux émigrés sur la liste
Affaire des logements des journalistes de Tizi-Wezzu : Un chef de daira et deux émigrés sur la liste

TIZI-OUZOU (Tamurt) – L’affaire des logements des journalistes commence à livrer ses premiers secrets. Ainsi, après que la liste en question ait été tenue au secret pendant de longs mois, les premiers noms parmi les souscripteurs n’ouvrant pas droit à bénéficier du dispositif LPA (Logement participatif aidé) sont désormais connus.

Ainsi, nous avons appris de sources sûres que parmi les raisons qui ont poussé l’association des journalistes de Tizi-Wezzu à maintenir la discrétion totale au sujet de ladite liste, il y a d’abord l’existence, parmi les bénéficiaires, d’un chef de daira qui exerce actuellement cette haute responsabilité dans une autre wilaya d’Algérie.

Par ailleurs, on a appris aussi que pas moins de deux souscripteurs au programme de logements, destinés en principe aux journalistes n’ ayant jamais bénéficié d’un bien immobilier, en l’occurence deux émigrés, figurent sur la liste des bénéficiaires. L’un réside aux États Unis d’Amérique depuis plusieurs années et l’autre vit en France depuis longtemps. Ceci alors que l’une des conditions indiscutables pour etre bénéficier d’un logement dans le cadre de ce programme est de résider en Algérie.

En outre, dans le même sillage, une élue à l’Assemblée populaire de Tizi-Wezzu, ayant déjà bénéficié d’un logement à la cité Cosider de la Nouvelle Ville (Tizi-Wezzu) fait partie également des souscripteurs au programme LPA de Draâa Ben Khedda. Il y a lieu de révéler que dans la même affaire, plus d’une dizaine parmi les souscripteurs au programme LPA de Drâa Ben Khedda ont bénéficié de l’aide de la Caisse nationale de Logement, CNL, alors qu’ils n’ont pas réussi à intégrer, dans leur dossier, le négatif foncier attestant qu’ils n’ont jamais eu droit à aucune aide immobilière ni ne sont propriétaires fonciers. Ce qui démontre l’existence d’une grande complicité au niveau de la CNL mais aussi à l’OPGI de Tizi-Wezzu (l’Office de promotion et de gestion immobilière).

Notre enquête étant toujours en cours, d’autres révélations concernant cette scabreuse affaire seront livrées au lecteur. En attendant, on s’interroge si le nouveau wali de Tizi-Wezzu, M. Brahim Merad, va diligenter une enquête afin de mettre un terme à ces pratiques, qui font bénéficier certains citoyens privilégiés de plusieurs logements au moment où d’autres simples citoyens souffrent le martyre sans pouvoir avoir droit à un toit décent.

Lyes Madradi

2 COMMENTAIRES

  1. Mise au point

    Suite à l’article diffamatoire commis sur votre site « tamurt.info » vendredi 15 janvier, sous le titre « Affaire des logements des journalistes de Tizi Wezzu : Un chef de daïra et deux émigrés sur la liste », l’Association des journalistes et correspondants de Tizi Ouzou (AJCTO) se doit d’apporter les clarifications suivantes afin que votre site ne soit pas utilisé comme tribune de règlement de comptes personnels par quelques petits pseudos journalistes dont certains sont connus par la justice pour leurs récidives en matière de diffamation.
    1- L’AJCTO a élaboré une liste de 47 membres de la corporation et elle ne compte ni chef de daïra ni aucun émigré. Des attestations de travail prouvant qu’ils exercent tous comme journalistes ont été exigées et jointes à leurs dossiers.
    2- 2- L’élue de l’APW que votre source sans crédibilité cite, est une consœur journaliste en exercice qui a le droit de postuler à la formule LPA, conformément à la loi en vigueur.
    3- 3- En ce qui concerne le certificat négatif que doit délivrer la conservation foncière à tout postulant, votre source semble ignorer que ce document est supprimé au dépôt des dossiers CNL mais il existe toujours, avec un contrôle qui se fait à la source avant la remise des clés, et ce, pour vérifier si le postulant n’est pas propriétaire d’un bien immobilier quelconque.
    4- 4- Pour donner une information crédible, il faut avoir des sources crédibles et votre journaliste aurait pu contacter le président de l’AJCTO pour des informations fiables. Et c’est comme cela que votre source a berné votre journal et vos lecteurs.

    L’association des journalistes et
    correspondants de Tizi Ouzou

  2. Pauvre pays kabyle, qu’avons-nous fait de toi!!!!!!!
    Cette terre était jadis peuplée par ces véritables enfants avec des bâtisses en Pierre de taille, mais maintenant cette terre est truffée de hideux HLM et des villes portant des noms qui ne sonnent plus kabyles comme cette Draa Ben quelque chose.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici