Débandade au RCD et l’ombre de Saïd Sadi

12
La débandade du RCD et l'ombre de Saïd Sadi
La débandade du RCD et l'ombre de Saïd Sadi

KABYLIE (Tamurt) – En plus de plusieurs militants exclus pour diverses raisons par les responsables du RCD, d’autres, plus nombreux encore, démissionnent de leur propre gré. Si certains  préfèrent partir en silence sans faire de bruit, au niveau de certaines sections, comme à Aghriv, d’autres  préfèrent des démissions collectives, tout en alertant la presse et l’opinion publique.

Les raisons sont multiples, mais la plupart reprochent à l’ex-président du RCD, Saïd Sadi, de diriger d’une manière peu catholique le parti. « C’est Saïd Sadi qui gère le parti, lui seul, et il fait ce qu’il veut et intervient sur tous les niveaux », a révélé à la presse Nourdine Aït Hamouda. Saïd Sadi est toujours accusé par les transfuges du RCD. Un parti kabyle qui était jadis une force démocratique en Kabylie.

La plupart des militants qui quittent ce parti restent pantois et déçus. D’autres rallient le Mouvement pour l’Autodetermination de la Kabylie et rarement les autres formations politiques.

Ce qui arrive à ce parti est inouï. Même en 1999 lorsque le RCD avait rallié le gouvernement de Bouteflika, les militants n’étaient pas aussi mécontents comme cette fois-ci. En effet, la goûte qui a fait déborder le vase est les alliances avec les partis islamistes, ennemis de la Kabylie. Aït Hamouda révèle même que le RCD est de connivence avec le FLN. Ses dires se confirment de plus en plus. Des milliers de militants de ce parti n’arrivent pas à comprendre ce qui arrive au RCD.

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici