Le FFS rejette la nouvelle constitution algérienne

3

ALGER (Tamurt) – Réuni, hier, en session ordinaire à Alger, le conseil nationale du FFS a tenu à  rejeter dans le fond et dans la forme la nouvelle constitution du régime algérien, adoptée cette semaine par le parlement. Pour ce parti cette nouvelle constitution est une nouvelle forme de violence envers les Algériens.

Le FFS n’a même pas évoqué les détails de cette nouvelle constitution qui reconnait d’abord l’officialité  de tamazight et la limitation à deux mandats présidentiels, pour la simple raison tout le monde sait que le régime  ne change pas et les lois de la constitution ne sont jamais respectées.  « Le FFS réaffirme que seul un processus constituant permettra au peuple algérien de recouvrer sa souveraineté dans un cadre consensuel et pacifique pour l’avènement d’une deuxième république », lit-on à ce sujet dans le communiqué.

Pour l’austérité imposée aux Agériens suite aux chutes brutales des prix des hydrocarbures, le parti de Nebbou estime que ce sont les couches sociales les plus vulnérables qui seront confronées aux difficultés de la vie quotidienne.  Le  constat du FFS est des plus pessimistes. Il exprime « sa profonde inquiétude quant à la dégradation de la situation économique et sociale ». Notons que c’est la première fois que cette instance suprême du FFS se réunit après la disparation de Hocine Aït Ahmed. A ce sujet,  les membres du conseil national soulignent « La formidable mobilisation populaire et nationale pendant les funérailles de Hocine Ait Ahmed. Cette mobilisation traduit l’attachement des Algériennes et des Algériens aux valeurs qu’il a touloupes défendues : l’unité nationale, la démocratie, la justice sociale, les droits de l’homme ».

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici