Valérie Boyer alerte l’opinion sur les exactions que subissent les militants kabyles et mozabites en Algérie

10
La députée maire Valérie Boyer

MARSEILLE (Tamurt) – La députée-maire (républicains), Madame Valérie Boyer attire l’attention du Gouvernement français et alerte l’opinion internationale sur les exactions et pressions que subissent les militants et les citoyens kabyles et mozabites de la part du Gouvernement Algérien par une question écrite adressée au ministre des affaires étrangères et du développement international.

Valérie Boyer a cité dans cette question écrite les arrestations et les retentions que subissent les militants pacifiques  du mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) avant leurs marches pacifiques qu’ils organisent.

La rétention l’humiliation et la fouille des militants du MAK et du GPK lors de  leurs passages aux ports et aéroports Algériens pour les décourager de défendre la cause  de leur peuple à l’étranger.

Elle a cité aussi Kamelddin Fekhar et ses compagnons  du mouvement pour l’autonomie du Mzabe (MAM),  injustement emprisonnés,  ainsi que  le cas de Kamira Nat Sid du Congres mondial Amazigh (CMA) visée  par des intimidations et des pressions récurrentes.

Rappelons que tout récemment, d’après l’agence de presse Kabyle « Siwel », le Président du gouvernement provisoire Kabyle (GPK) monsieur  Ferhat Mehenni a échappé de justesse à un piège tendu par  les agents du DSS (ex DRS) devant aboutir sur son assassinat.

Moi-même en tant que militant et journaliste de tamurt, à chaque passage aux frontières la police et la douane me retiennent pendant plus d’une heures pour des fouilles et de questions inutiles.

Rappelons également qu’en octobre 2012, Valérie Boyer a déjà posé une question au Gouvernement sur l’oppression que subit le peuple Kabyle et sur la reconnaissance du GPK par le Gouvernement français.

Ci après, le texte de la question posée par la députée Madame Valérie Boyer:

« Mme Valérie Boyer attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur les pressions que subissent les militants démocrates Amazighs et plus particulièrement Kabyles en Algérie. En effet, les militants du MAK (Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie) sont systématiquement arrêtés et retenus dans les commissariats des différentes régions de Kabylie et ce notamment en amont des marches pacifiques qu’ils organisent pour revendiquer leur droit identitaire et linguistique.

Dans les ports et aéroports algériens, ils sont arrêtés, fouillés et parfois même déshabillés comme de vulgaires criminels dans le seul but de les décourager de soutenir et défendre leur identité à l’étranger. Le cas d’Ahmed Amrioui et sa femme Monika (de nationalité allemande), retenue pendant trois jours à la frontière Algéro-tunisienne en est un exemple. Il en va de même pour Mme Kamira Nait Sid, présidente de l’ONG internationale le CMA (Congres mondial amazigh) qui n’est pas épargnée par les intimidations et menaces. Le taxiphone et cyber internet appartenant à ses sœurs auraient été fermés par les autorités sans aucune raison valable. Le docteur Kameleddine Fekhar, militant des droits de l’Homme et 24 de ses amis sont toujours emprisonnés dans des conditions lamentables pour avoir protesté pacifiquement contre les multiples assassinats de mozabites renforçant alors les suspicions de la part de la communauté mozabite vis-à-vis de l’État central.

Depuis cette arrestation, deux d’entre eux sont décédés faute de soins. Dans ce cadre, elle souhaite connaître la position du Gouvernement sur ces agissements. »

Kader Dahdah pour Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici