Après l’éjection de Nordine Ait Hamouda, le RCD rallie le clan de Bouteflika

2
RCD
RCD

KABYLIE (Tamurt) – Après une longue tergiversation, le RCD en tant que formation politique ainsi que son ex-Président (qui garde toujours une mainmise de fer sur le parti) ont fini par faire leur choix : ils ont rallié le clan des Bouteflika.

Au départ, le parti ainsi que Said Sadi ont d’abord adopté la posture du wait and see (attendre pour mieux voir) dans la perspective de voir qui des Bouteflika ou Tewfik allait remporter la bataille. Après que les choses aient commencé à mieux se dessiner en faveur du clan des Bouteflika (du moins jusqu’à présent), Le RCD et Sadi ainsi que son allié médiatique (un quotidien francophone connu pour ses sympathies au RCD) ont fini par faire allégeance aux Bouteflika car ayant conclu qu’il n’y a pas d’avenir avec Tewfik. D’ailleurs, la vraie raison de l’éjection, sans appel, de Nordine Ait Hamouda du RCD n’est autre que ce choix d’opter pour le clan de Bouteflika.

Nordine Ait Hamouda était, de tout temps contesté, par les cadres du RCD, mais Said Sadi avait à chaque fois répondu que la présence de Nordine au RCD le dépassait. On comprenait bien que le fils du colonel Amirouche avait été imposé par une force occulte. Suite au départ de Tewfik, Nordine Ait Hamouda n’a plus sa place au RCD. Surtout avec la décision prise par Said Sadi de rallier le clan de Bouteflika afin d’assurer une continuité et une présence sur la scène politique.

Les observateurs de la scène politique et médiatique ont tous remarqué que le discours de Said Sadi à l’égard des Bouteflika est beaucoup moins acerbe. Ceci dit, la mission du RCD en Algérie continuera à être celle de simuler une opposition démocratique de façade en contrepartie d’une poignée de sièges à chaque élection aussi bien locale que législative, mais aussi des avantages pécuniaires. Une mission qu’il a très bien assumée depuis sa création en 1989 suite à une rencontre avec le Général Larbi Belkheir qui était le directeur de cabinet du Président Chadli Bendjedid.

Lyès Medrati

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici