Même fatigués, les enseignants contractuels continuent leur marche sur Alger

2
ALGERIE (Tamurt) – Entamée avant-hier vers midi, à partir du siège de la direction de l’éducation de la wilaya de Bougie, la marche des enseignants contractuels continue son bonhomme de chemin. A chaque commune, ils font une halte et comptent arriver à Alger vendredi ou samedi.
 
Sur place, ils observeront une grève de la faim pour forcer les pouvoirs publics à les intégrer sans aucune condition sachant qu’ils cumulent beaucoup d’années d’expérience. Mais le ministère de l’éducation ne l’entend pas de cette oreille. La première responsable du secteur parle d’avantages accordés à ces derniers du moment qu’ils auront à faire face, lors du concours de recrutement, à une épreuve qui se rapportera à la méthodologie de l’enseignement, ce qu’ils sont censés maitriser, de par leur expérience sur le terrain, contrairement aux autres postulants qui se ramèneront avec leurs seuls diplômes et sans aucune connaissance du métier.
Eux refusent cette décision ministérielle et, aujourd’hui, ils sont à Tazmalt où ils continuent leur marche vers Alger. Ils vont passer la nuit du mardi à Akbou. Les signes de fatigues commencent à apparaître sur les marcheurs. Plusieurs évanouissements ont été signalés et des difficultés à marcher ont contraint quelques uns à rebrousser chemin, semble-t-il. Mais pourquoi avoir décidé de prendre le départ de Bougie alors qu’il aurait été judicieux de le prendre à partir de Boumerdes, distante d’une cinquantaine de kilomètres d’Alger, lieu du sit in ?
Il et utile de rappeler que le ministère de l’éducation prévoit le recrutement, par voie de concours, d’une vingtaine de milliers d’enseignants des trois paliers dont les wilayas kabyles de Tizi-Ouzou, Tuβiret et Bougie bénéficieront de près de dix pour cent dont la moitié pour l’enseignement de Tamazight.
Amaynut 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici