L’élue du RCD Leila Hadj Arab répond au wali de Tizi-Ouzou

11

KABYLIE (Tamurt) – Certes le RCD a pris ses distances du MAK, mais certains  militants de ce parti, les plus honnêtes sûrement, gardent toujours leur dignité. C’est le cas de l’ancienne députée Leila Hadj Arab, élue à l’APW de Tizi-Ouzou. Elle a répondu sèchement au préfet de Tizi-Ouzou  lorsqu’il s’est attaqué au MAK, avant hier.

« Le MAK est un mouvement pacifiste et en tant que tel, il a le droit de mener ses activités. Moi, le MAK ne me dérange pas. Ce qui me dérange, en revanche, ce sont les projets de développement, destinés à la Kabylie que bloque le pouvoir algérien. Pourquoi donc ce détournement et le gel de la plupart des projets structurants ? Qu’est-ce qui justifie ce fait accompli ? (…) », lâche l’avocate Leila Hadj Arab à la figure du wali lors de son intervention en plénière.

Ces propos reflètent le courage d’une femme kabyle qui ne laisse jamais tomber ses frères kabyles malgré  les divergences politiques. L’intervention de cette élue du RCD est lourde de sens. Elle a préféré la fraternité et la dignité devant un préfet qui se permet d’insulter le MAK en Kabylie.

Lounès B

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici